Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

À l’épilogue de God of War 3, Kratos n’était qu’un tas de chair charcutée, scarifiée par une infinie soif de haine et de vengeance vis-à-vis de Zeus. Des années plus tard, après son exil sur les terres de la mythologie nordique, l’ancien dieu de la guerre semble assagi, dompté par une paternité retrouvée. Une transition psychologique qui sera l’un des éléments centraux de la suite du magnifique God of War.

Le désir d’explorer plus loin les sources de ce changement a été exprimé par le créateur Cory Barlog, alors qu’il évoquait l’avenir de la saga dans une vidéo PlayStation Access. Ce dernier a notamment évoqué un personnage important, central dans l’évolution drastique de Kratos : Faye. Alors que le jeu s’ouvrait sur les funérailles de cette dernière, on apprend au fil de l’aventure God of War, à comprendre toute l’importance de la mère d’Atreus. Sans être physiquement présente, cette dernière prend de l’ampleur, jusqu’à une révélation finale qui accentue encore un peu plus son influence, qu’elle soit psychologique ou génétique. Mais plusieurs questions subsistent : comme cette femme est-elle parvenue à dompter la bête ? Comment a-t-elle atténué la colère Kratos, qui pour rappel avait aveuglément assassiné toute sa première famille dans un accès de rage sourde, dominé par l’influence d’Arès ? « Vous finissez par comprendre qu’elle a plus de pouvoir que n’importe qui. Que c’est elle qui contrôlait énormément de paramètres dans cet univers […]. Je ne sais pas comment on va pouvoir raconter ça ni quand on pourra raconter ça, mais j’ai vraiment envie de raconter l’histoire de la rencontre entre Kratos et Faye ». Voilà qui promet beaucoup pour la suite du monumental God of War, qui devrait clairement faire les beaux jours de la PlayStation 5.

Par Yox le

Plus de lecture