Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

On ne peut pas encore vous dire si le pari d’Ubisoft de s’immiscer sur le terrain convoité des MOBA est une réussite ou un échec cuisant. Seules la communauté et la longévité sur le long terme permettront de déterminer si For Honor est une bonne surprise ou un énorme coup d’épée dans l’eau.

On peut même affirmer qu’il faudra certainement des mois voir des années pour savoir si le jeu s’est avéré être à la hauteur de ses ambitions. Il y aura sûrement des ajustements à faire, des équilibrages, mais le matériel de base semble suffisamment robuste pour que les amateurs du genre tentent l’expérience. Si vous avez zoné les différentes bétas publiques du jeu, vous savez que For Honor est un titre dont le vrai potentiel se libère en ligne. Sur des champs de bataille sanglants, des guerriers vikings sanguinaires, chevaliers lourdement armés et redoutables samouraïs se traquent, se transpercent et s’entretuent jusqu’à l’essoufflement. Deux armées s’affrontent, chacune composée de 4 joueurs ultras costaux et d’une foule de soldats contrôlés par l’intelligence artificielle. Le but est de capturer différents points sur la carte, de manière à faire grimper un compteur jusqu’à 1000. Une fois ce chiffre atteint, il ne reste plus qu’à décimer l’équipe adverse (qui ne pourra plus se réanimer) pour pouvoir l’emporter. On pourrait aussi évoquer le très vénère mode duel dans lequel l’anticipation des coups de votre adversaire est indispensable. Les différents styles de combats sont sauvages, brutaux, et jouissent d’une prise en main à la fois intuitive, et qui profite d’une vraie marge de progression. Au premier abord le système de combat peut paraître tendu, notamment la gestion de la barre d’endurance, mais c’est un coup à prendre. L’idée est bonne, et on espère sincèrement que le jeu (qui vient de sortir) tiendra sur la longueur.

Par Yox le

Plus de lecture