Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

On pourrait aisément repartir sur l’historique du développement chaotique que fût celui de Final Fantasy XV. Sur cette toute première claque, le trailer sombre et hypnotique d’un jeu que l’on appelait alors Versus XIII. On pourrait également s’étaler sur cette décennie d’espoir, de rendez-vous manqués et de fantasmes démesurés.

Comme toutes les Arlésiennes, Final Fantasy XV a accumulé au fil des années les rêves les plus impossibles, poussant les attentes à un niveau quasi mystique. Il se passe clairement un truc de jouissif lorsque vous prenez cette jaquette pour la première fois ente vos mains, avant de lancer la galette. On passe 5 minutes complètes à fixer l’écran titre. Oui, il est bel et bien là. Oui, vous êtes à une pression seulement d’accéder à l’univers de FFXV, synonyme d’une évasion vidéoludique que vous attendez depuis des années. Alors forcément, il y a un brin de déception. Graphiquement, vous avez vu mieux. La map est grande, mais pas infinie. Le jeu est bon, mais vous pouvez le tracer en une vingtaine d’heures. « Un Final Fantasy pour tous les fans et les nouveaux venus », nous prévient d’entrée de jeu l’écran-titre. C’est justement cette volonté d’ouverture qui trahit un peu le titre. La vérité, c’est que FFXV a passé une décennie à n’être qu’une légende. Aujourd’hui c’est un jeu, avec ses qualités et ses défauts. Ses personnages crèvent pourtant de charisme, et sa quête est passionnante. Que dire de son système de combat dynamique ultra jouissif, en temps réel, qui nous ramène aux grandes heures de l’action RPG ? Les boss immenses, les créatures sublimes, la tactique mêlée à l’intelligence de jeu. Et la musique, toujours aussi grandiose. C’est un Final Fantasy très différent. Un road-movie à la sauce japonaise, dans lequel notre quatuor de héros se fait griller de la viande autour d’un feu, avant d’aller saccager du monstre et sauver un empire. Introduit par le visuellement impressionnant film Kingsglaive, c’est aussi l’histoire d’une spectaculaire résurrection menée de main de maître par Hajime Tabata. Quoi qu’il se passe, Final Fantasy XV est déjà entré dans la légende.

ffxv-launch-01

Par Yox le

Plus de lecture