Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Le vendredi 13 octobre prochain, le périple luciférien de Sebastian Castellanos reprendra son cours. The Evil Within 2 entend bien poursuivre l’hommage au genre horrifique dans son intégralité, entamé dans un premier épisode aussi hétéroclite que terrifiant.

Des premiers Resident Evil jusqu’à son mythique quatrième épisode, sans oublier l’aura poisseuse de Silent Hill, les affres d’Alone in the Dark ou encore les délires d’Alan Wake, le premier Evil Within est un train fantôme qui revisite certain des plus grands classiques de l’horreur dans le monde du jeu vidéo. Ce que le jeu perdait en cohérence, il le compensait par un sens de la mise en scène parfois poussif, mais toujours morbide au possible. Ce deuxième volet ne semble pas déroger à la règle, et ajoute The Last of us au sommet du tableau de chasse de ses références. Si cette séquence d’une heure nous rappelle par moments l’introduction du bijou de Naughty Dog, les délires tordus du premier épisode nous rattrapent bien vite. Parfait pour faire de jolis rêves.

Fan de cinéma, de séries cultes, de jeux vidéo et de bonne musique ? S!CK magazine, c’est 160 pages d’orgie pop-culturelle, sans pub, tous les deux mois dans votre boite aux lettre !
RECEVOIR CHEZ MOI / VOIR DES EXTRAITS

Par Yox le

Plus de lecture