Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Def Jam Fight for NY est un putain de chef-d’oeuvre. Quel autre jeu de combat vous proposait de balancer sans concession la carcasse de Sean Paul sur les rails du métro ? En 2004, le monde était déjà au bout du rouleau avec Get Busy, et ce jeu faisait office de véritable catharsis. Le succès était global, pourtant l’histoire s’est arrêtée là.

Car on ne vous fera pas l’affront de s’étaler sur le cas de Def Jam Icon, sorti en 2007, qui troquait les combats épiques entre légendes du hip-hop contre des affrontements pathétiques lors desquels vous pouviez carrément utiliser la soundtrack du jeu pour lancer votre combattant dans un « air scratch » des plus miteux, dans le seul but de lâcher une déferlante de basses qui déséquilibraient l’adversaire. Pas étonnant que le jeu ait fait un bide. Franchement, personne n’avait envie de voir ça. Surtout lorsque l’on passe après Fight for NY, qui venait du studio japonais AKI, responsable du très sale Def Jam Vendetta. Mais là où Vendetta se contentait de rester dans les clous avec des arènes assez basiques et des mouvements de catch, son successeur a complètement fait exploser les limites. Les styles de combats s’entrechoquent, les nez explosent, les arcades saignent, et les contusions viennent joyeusement décorer la gueule de votre personnage créé de toute pièce. Kickboxing, Streetfighting, Art-Martiaux, la richesse du gameplay n’a d’égal que la soundtrack monumentale du jeu : Method Man, Busta Rhymes, Xzibit, Joe Budden, Comp, Public Enemy, Capone, LL Cool J. De quoi parfaire sa culture hip-hop tout en tailladant des visages à coups de bouteilles éclatées. OK, certes. D’un point de vue totalement objectif, Fight for NY peut renvoyer une image un peu réductrice (voire complètement caricaturale) de la culture hip-hop de la fin des 90’s et du début des années 2000. Mais sérieusement, tout le monde s’en tape. Les gros sons tournent à fond, les mouvements improbables s’enchaînent, et le feeling est aussi percutant qu’une mâchoire dans le parechoc d’un Hummer. Le scénario fictif (avec Snoop en boss final) n’est qu’un prétexte pour péter des tibias, gagner du fric, et s’acheter des grosses chaînes bling-bling au possible. Le casting de persos jouables était fou. Snoop, Scarface, Warren G, Method, Redman, Ludacris, Ghostface Killah… Merde, il y avait même Danny Trejo. Plus de 12 ans après cette savoureuse purge, EA semble avoir tourné la page. Mais pas nous. Il y a clairement quelque chose de neuf à faire aujourd’hui. Un nouveau jeu qui serait le reflet de la scène hip-hop actuelle, sans perdre le côté second degré qui a fait les beaux jours de la série. Un délire totalement assumé comme l’était Fight for NY. Comme l’a un jour dit un grand génie du web : alors qu’est-ce qu’on attend ?

Def Jam Fight for NY 01

Par Yox le

Plus de lecture