Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Hideo Kojima est un génie. Le mec a réussi le tour de force de créer l’un des jeux les plus attendus de l’année, sans que personne n’ait strictement rien compris à son concept. Et si on imaginait bien le grand marionnettiste tout diriger d’une main de maître, détrompez-vous : Kojima lui-même n’a pas tout compris.

C’est lors d’une interview avec le Financial Times qu’il a lâché cette petite bombe : « Encore maintenant, je ne comprends pas le jeu. Sa vision du monde, son gameplay, tout est nouveau. Ma mission est de créer un genre qui n’existe pas actuellement, et qui prend tout le monde par surprise. Naturellement, il y a un risque… ». Et c’est précisément ce qui est beau dans cette annonce : Kojima admet implicitement avoir réussi à créer un engouement sans précédent autour de son Death Stranding, le tout à la simple force d’images évocatrices. Depuis les prémices de son annonce, le mystère plane autour du jeu. C’est souvent le cas lors de l’annonce d’un jeu, mais le nuage finit toujours par se dissiper, à un moment ou à un autre. Death Stranding, lui, ne s’est jamais extirpé de cette brume. Et ça semble justement être le but.

Il est possible que l’on ne comprenne pas tout au jeu au moment de sa sortie, voire même après. Après tout, le cinéma de David Lynch l’a bien prouvé : une oeuvre artistique n’a pas besoin d’être cartésienne pour être appréciée. On voit très mal Death Stranding dérouler un univers et un scénario cadenassé, sans aucune place pour l’imaginaire, le spirituel et l’interprétation personnelle. Plus que n’importe quel autre jeu du maître Kojima, Death Stranding risque bien de fonctionner sur le plan intime. Le fait que Kojima lui-même ne parvienne pas à saisir toute l’ampleur de son oeuvre, c’est en quelque sorte la preuve qu’elle le dépasse déjà. C’est déjà la preuve que la trame et l’univers de Death Stranding vont plus loin que la vision d’un seul homme. Pris dans ce sens, cette déclaration n’a strictement rien d’un aveu d’échec. C’est même tout le contraire.

Par Yox le

Plus de lecture