Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

On ne va pas vous dire que la suite spirituelle de Burnout est arrivée, parce-que c’est faux. Néanmoins, après tant d’années passées à réclamer à cor et à cri des semi-remorques de taules froissées sur consoles, la sortie de Danger Zone risque bien de faire plaisir aux fans des jeux Burnout de la première heure.

Concrètement, Danger Zone n’est pas la suite spirituelle de Burnout dans son intégralité, mais plutôt d’un mode de jeu spécifique qui avait fait le bonheur des fans de Burnout 3 : j’ai nommé le fameux mode crash. Souvenez-vous, à l’époque le but était de défoncer un maximum de bagnoles, taxis, bus et camions citerne dans un carambolage des plus irréels. Le côté défouloir était assumé à 100%, tout comme le côté arcade. Avec toujours plus de sadisme, il était possible de diriger votre véhicule en l’air et même de le faire exploser pour déglinguer le multiplicateur de points, et taper les plus gros scores. C’était diablement fun, totalement gratuit, et ça nous manque terriblement. Et pour ceux qui trouvent que Danger Zone n’est qu’un copié collé opportuniste de ce mode mythique : c’en est un. Les développeurs ne s’en cachent pas, puisque ce sont des anciens de Criterion, qui ont bossé sur les jeux Burnout. Vendu aux alentours des 13 balles, le jeu est maintenant dispo sur PS4. La boucle est bouclée.

ON PARLE DE JEUX CULTES ET DE CULTURE POP DANS NOTRE MAGAZINE QUI SORTIRA L’ANNEE PROCHAINE. PRE-ABONNEZ VOUS AUJOURD’HUI, CA NE VOUS COUTERA RIEN AVANT 2018 !

Par Yox le

Plus de lecture