Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Cyberpunk 2077 n’en finit plus d’atiser tous les fantasmes. En plus d’être le jeu le plus prometteur de ces dernières années, le titre de CD Projekt Red promet une plongée incroyable dans un univers Sci-Fi riche et profond, comme on n’en avait encore jamais vu sur consoles.

À y regarder de plus près, le jeu donne même l’impression d’incarner la somme parfaite de plusieurs décennies d’oeuvres issues du mouvement cyberpunk. On parle de centaines d’affiches, de comics, d’animés ou de mangas comme Ghost in the Shell, Gunnm ou Akira. Sans oublier la musique, ou encore le cinéna (Blade Runner, forcément). C’est tout un univers abrasif et ultra influencé qui s’anime dans les rues de Night City, une métropole futuriste rongée par la technologie et la violence. Un bouillon de vice et de culture dans lequel les créateurs du jeu nous ont une fois de plus donné rendez-vous, à l’occasion d’une vidéo qui explique en détail le gameplay action du jeu (mais aussi toute la profondeur de sa dimension RPG). On découvre notamment le degrés de personnalisation de votre personnage principal, que vous pourrez aisément transformer en Terminator sur pattes. Du moins, si ça vous chante. Rien ne vous empêche de tout miser sur la furtivité et le hack, vous permettant de vous déplacer dans l’ombre, ou de débloquer de nouveaux chemins détournés. Il n’y a rien de foncièrement nouveau là dedans (Deus Ex proposait déjà une expérience sur les mêmes rails). Mais Cyberpunk le fait avec un jusqu’au-boutisme que l’on n’avait encore jamais vu.

Après nous avoir fait couler la bave aux lèvres, la vidéo s’attarde sur les différentes factions qui règnent dans l’arène virtuelle de Night City, mais aussi les conséquences qu’auront les différents choix. Le périple s’achève sur l’apparition attendue de Keanu Reeves, dont le personnage nous accompagnera en permanence dans le jeu. Il est en effet stocké dans la mémoire du héros, et passera son temps à vous narguer lors de visions qui rappellent clairement le rôle du Joker dans le jeu Batman Arkham Knight. L’idée était géniale, et ça semble plutôt bien résumer ce que l’on a vu de ce Cyberpunk jusqu’à maintenant : une somme de bonnes idées de gameplay, directement reprises de certains des meilleurs jeux sortis ces dernières années. Quand on y pense, c’est exactement la même chose avec son univers. Cyberpunk promet une quintessence des genres et des influences. L’appropriation du genre va jusque dans le titre du jeu, qui étale plutôt bien l’ambition du studio : on ne peut déjà plus évoquer le mouvement cyberpunk dans penser au jeu de CD Projekt Red. Plus que jamais, il nous tarde de mettre la main dessus pour savoir si Cyberpunk 2077 est bel et bien digne de porter ce nom prestigieux. Ouverture de la matrice le 16 avril 2020.

Par Yox le

Plus de lecture