Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Pourquoi le fait de rejouer à un FPS qui a presque 10 piges est aujourd’hui encore une bouffée d’air frais ? C’est probablement l’un des plus gros paradoxes auquel un gamer peut être confronté au cours de son existence vidéoludique. En 2016, jouer au multi de COD4 est probablement l’un des trucs les plus innovants qui soit.

En 2007, les équipes d’Infinity Ward donnaient vie à un monstre. Un être imparfait, mais profondément attachant qui allait ouvrir la voie à toute une dynastie de meurtres en ligne, de séries de kills de l’autre monde, et de pétages de plombs légendaires. Le mode multi de Call of Duty 4 a posé les bases d’un gameplay qui n’aura fait qu’évoluer, en donner toujours plus au fil des années et des épisodes. Plus rapide, plus nerveux, plus innovant. Peut-être même un peu trop. Aujourd’hui, Black Ops 3 semble être au bout de la ligne. Avec ses courses murales et ses kills sous l’eau, la prochaine étape sera probablement celle des frags dans l’espace. Revenir aux sources est donc l’un des trucs les plus rafraichissants qui soit. Après presque 7 ans sans toucher au jeu, revenir sur la map Crash est assez jubilatoire, là où tout a commencé. Le feeling des armes est toujours aussi bon, les atouts sont limités, tout comme les bonus de killstreak : il n’y en a que 3. Juste le nécessaire. Si le fameux accessoire lance-grenade s’avère toujours aussi brutal, le reste du jeu est assez équilibré. La map Crossfire est toujours aussi folle, parfaitement construite, à la hauteur des souvenirs. Fût un temps, les serveurs étaient envahis par les cheaters de tout bord. Aujourd’hui, pratiquement tout le monde s’est barré, et le jeu redeviendrait presque celui que l’on a connu à ses débuts. A la différence près qu’il est aujourd’hui peuplé d’extra-terrestres, qui vont probablement prendre un malin plaisir à vous oblitérer à grands coups de no-scopes de l’extrême au sniper. Reste la solution de la partie privée. Prenez quelques potes sous le bras, rallumez vos vieilles consoles, dépoussiérez les manettes, et à vous le fun illimité. Le vrai retour aux bases :

COD4 Crash 01

Par Yox le

Plus de lecture