Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Voilà maintenant plusieurs années que le monde est orphelin de la saga Burnout. Après une succession d’épisodes tous plus géniaux les uns que les autres, qui ont véritablement marqué la PlayStation 2 et la première Xbox, le studio Criterion poussait la saga à son climax avec le grandiose Burnout Paradise.

Nous étions en 2008. Mais depuis, plus rien. Ce qui est d’autant plus frustrant, tant la saga reste la seule et unique référence dans le domaine de la guerre routière. Burnout est un titre arcade par excellente, qui prône les coups bas et la taule froissée. C’est un défouloir au douzième degré, qui s’affranchit de tous les codes de la sécurité routière. En introduisant pour la toute première fois le concept de ville ouverte, Burnout Paradise transcendait son concept, et finissait de convaincre des millions de fans. On se souvient surtout de son mode online ultra accessible, et des types qui lâchaient des gueules atroces en photo après vous avoir infligé un takedown dévastateur. Difficile également d’oublier la carte géniale de Paradise City, avec ses cascades irréelles, et ses défis collectifs diablement funs. Entre les drifts de l’infini, les sauts, et l’encouragement perpétuel à la prise de risques maximale, Burnout est avant tout un jeu exigeant, qui ne pardonne pas le moindre écart. On reconnait bien là l’héritage des débuts de la série, et notamment du monstrueux Burnout 3. Le meilleur de la saga pour certains, qui jouissait d’un mode crash assez exceptionnel, bien que moralement douteux. Aujourd’hui, la série semble morte et enterrée. Le studio Criterion est passé à autre chose, tout comme EA qui se refuse à sortir une collection HD de ces jeux emblématiques. Burnout Paradise est le dernier feu d’artifice d’une saga qui a définitivement marqué sa génération. Des années après, on prie toujours pour l’annonce d’une suite miraculeuse, bien que très peu probable. Mais vous connaissez l’adage : ne jamais dire jamais.

Burnout Paradise 03

Burnout Paradise 01

Par Yox le

Plus de lecture