Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Les prières ont été entendues. Face à l’overdose de FPS futuristes, le public n’a jamais eu de cesse de réclamer un retour aux sources. Un come-back temporel aux racines du genre, qui remet en avant le cadre hautement apprécié de la première guerre mondiale.

Le désertion des FPS historiques depuis tant d’années se justifie d’abord par un premier ras-le-bol, qui remonte à plus d’une décennie. Au début des années 2000, les FPS de guerre étaient légion. Le cadre de la première, puis de la seconde guerre mondiale a véritablement été surexploité, menant vers un ras le bol des joueurs, et l’explosion de la saga des Modern Warfare. Aujourd’hui, c’est l’effet inverse qui s’est produit. Dans une constante recherche de nouvelles idées, de nouvelles mécaniques de gameplay, les développeurs de FPS se sont perdus dans les limbes d’un futur souvent dystopique, dans lequel les soldats sont équipés de jetpacks, tapent des sprints sur les murs, et n’ont plus peur d’exporter le conflit hors de la stratosphère. Hors, les innovations de gameplay ne sont pas forcément incompatibles avec un cadre historique révolu. Bien au contraire. C’est d’ailleurs ce qu’entend bien prouver Battlefield, avec ce retour aux sources tant espéré. Preuve de ce come-back, le titre s’appelle Battlefield 1. Les studios de Dice ont eu l’intelligence d’écouter le marché, et surtout d’écouter les joueurs. Le résultat semble hautement prometteur, et va bien au delà de la claque graphique de ce premier trailer atomique. Les avions, les tanks old-schools, les lance-flammes, les kills à coups de pelle, et même les affrontements à cheval répondront présents. L’attente sera longue, avant le 21 octobre 2016, date de sortie du jeu sur PS4, One et PC.

BF5 T 02

BF5 T 04

BF5 T 03

BF5 T 01

Par Yox le

Plus de lecture