Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Welcome to the Madhouse, Batman ! C’est là où tout a commencé. Une bâtisse isolée, haut lieu d’enfermement, de souffrance et de détresse psychologique, fondé par un homme lui-même ravagé par ses vieux démons, et le meurtre atroce de sa famille.

Depuis ce jour, l’asile d’Arkham sert de refuge et de prison à tous les criminels les plus instables. Les rebuts, les fous que l’élite de Gotham cherche à oublier. Mais l’un d’entre eux avait d’autres plans. Il se nourrit du chaos, et ne respire que dans le but de faire souffrir son ennemi de toujours. Son rire hante encore les têtes, et résonne dans les couloirs lugubres de l’institut psychiatrique. Lorsqu’il se fait capturer par Batman, le Joker sait parfaitement ce qu’il fait. Bruce Wayne le ressent. C’est comme si le clown voulait se faire prendre. Solidement camisolé, le super-criminel explose de rire. Il est exactement là où il avait envie d’être. Sorti en 2009, Arkham Asylum marque le point de départ d’une saga que l’on retiendra comme la meilleure adaptation vidéoludique de l’univers d’un super-héros. Un véritable défilé de méchants emblématiques, comme Poison Ivy, Harley Quinn, Bane, le Pingouin, Mr Freeze, Double-Face, Killer Croc, l’Épouvantail, Hugo Strange ou encore l’Homme-Mystère. Aujourd’hui, les deux premiers épisodes de la quadrilogie des Batman Arkham s’apprêtent à débarquer sur PS4 et XB1. On nous promet une version aux graphismes rehaussés, avec tous les DLC d’inclus. Sobrement baptisée Return to Arkham, cette collection sortira le 29 juillet prochain, au prix de 50 euros.

Par Yox le

Plus de lecture