Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

La nouvelle pullule un peu partout sur internet et elle n’a pourtant que très peu d’intérêt. Oui, la Dualshock 4, la manette de la PlayStation 4 (sérieux ?) est rétrocompatible avec la PS3. Et tous ces pseudo journalistes vous conseilleront de dégager immédiatement votre Dualshock 3 pour privilégier la nouvelle manette du constructeur, aveuglément. Et bien ces mecs ont affreusement tort.

Pourquoi garder sa vieille Dualshock 3 poussiéreuse et huileuse alors que vous pourriez aisément opter pour la fraîcheur et l’excitation de la nouveauté ? Tout simplement parce que la Dualshock 4 est à ce jour la plus mauvaise manette construite par Sony, derrière le Pad dégueulasse sans Joystick de la PS1. Voilà, c’est dit, ça dénonce des vérités scandaleuses que l’ensemble de la presse s’amuse à nous cacher. Pourtant, à sa sortie, on était plutôt emballé par cette nouvelle itération. Elle était agréable à prendre en main, elle se laissait facilement caresser et la courbe de ses nouvelles gâchettes avait de quoi nous faire saliver. Quelques mois plus tard, la déception est grandissante. Tout cela n’était qu’une vaste blague. Ça commence par sa ridicule batterie, qui tient deux fois moins longtemps que sa petite sœur, comme si les ingénieurs de Sony venaient d’être fraîchement débarqués des locaux d’Apple.

Du coup, on passe d’une bonne trentaine d’heures de jeu à une petite dizaine avant de devoir tristement rebrancher son pad à un câble USB. De quoi rapidement déchanter. Ça continue avec l’affaire des Joystick défectueux, dont la gomme s’effriterait un peu trop vite chez certain, ce qui nous amène à déclarer une bonne fois pour toutes que la qualité d’une manette est indispensable pour ne pas dire putain de capitale. Vous ne l’avez peut-être jamais remarqué, mais la Dualshock 3 disposait de boutons analogiques qui réagissaient à la pression du pouce. C’était inutile pour 99 % des jeux, mais la sensation restait tout de même agréable. Est-il vraiment nécessaire d’effectuer un rapport avec la nouvelle manette ? Pas vraiment. Mais le pire reste à venir. Oui, le pire. Ce petit défaut de merde qui n’apparait qu’après une centaine d’heures de jeu. Celui qui est impossible à détecter dans les premières semaines d’achat.

Celui qui à chaque pression de la gâchette vous rappelle à quel point vous avez un bout de plastique très mal foutu entre les mains. Les grincements de la Dualshock 4 sont une véritable abomination sur terre qui devrait être passible de la peine de mort, sans même un jugement. Une manette qui grince, c’est une manette qui vole par la fenêtre et une Dualshock 3 qui se paie une seconde vie bien méritée ! Cette manette est tout simplement finie à la pisse. Pas la pisse obtenue après une journée banale faite d’amour et d’eau fraîche, non pas du tout ! Plutôt de la pisse bien odorante qui serait victime des vestiges d’une infection urinaire, d’un litre de Whisky enfilé en moins d’une heure et d’un kilo d’asperges bouffées tout au long de la journée. Voilà la sensation que vous obtenez avec une Dualshock 4 entre les mains. Moralité : il aurait encore mieux valu que la Dualshock 3 fonctionne sur PS4.

Par Sholid le

Plus de lecture