Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Bienvenue à Zombieland fête ses 10 ans, et le meilleur moyen de célébrer ça, c’est encore de se le remater. C’est aussi le prétexte parfait pour se mettre en jambe, juste avant la sortie de sa suite prévue pour le 30 octobre !

C’est en effet au tout début du mois d’octobre que la comédie horrifique faisait son entrée au Box Office américain, ainsi qu’au Canada. En France, le film ne sortira que le 25 octobre 2009. Après ça, le public tombait directement sous le charme morbide d’un quatuor improbable, porté par Woody Harrelson, Jesse Eisenberg, Emma Stone et Abigail Breslin. Quatre acteurs qui ont depuis fait du chemin. Eisenberg a mis les critiques en émois avec son interprétation de Mark Zuckerberg dans le Social Network de David Fincher. On l’a aussi vu dans Batman v Superman (Lex Luthor) ou bien dans Insaisissable, où il a retrouvé Woody Harrelson. Ce même acteur qui a tant brillé en Marty Hart, dans la première saison de True Detective. Emma Stone a brillé dans Birdman, Amazing Spider-Man et la série Maniac. Sans oublier son Oscar pour La La Land. Enfin Abigail Breslin a bien grandi (on l’a revue dans Final Girl ou Scream Queens). Réalisé par Ruben Fleischer (qui fera par la suite Venom, et sera sur la géniale série Santa Clarita Diet), Zombieland avait su transpercer la croute du grand public avec un humour fédérateur, bourré de second degrès, de caricature et d’autodérision (coucou Bill Murray). C’est peut-être ce qui a transformé ce sympathique film de zombie en phénomène, qui se plaçait déjà aux antipodes du sérieux qui sera prôné par la Walking Dead (diffusée un an après la sortie du film). 10 ans après Welcome to Zombieland, reste un carnaval du morbide. Une grande fête décomplexée, où l’hémoglobine gicle avec les viscères, et où la fin de l’humanité devient une punchline. Bref, c’est un monde merveilleux que nous dépeint Fleischer. Monde, que l’on a hâte de retrouver d’ici quelques semaines.

Par Yox le

Plus de lecture