Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Ça ne vous a peut-être pas échappé : Xavier Dolan est le grand absent des Oscars. Une déception légitime et naturelle, que le jeune cinéaste n’a jamais cherché à cacher. Depuis quelque temps, le réalisateur de Mommy est la cible de toutes les attaques d’un certain type de presse. Chose à laquelle il n’a pas tardé à répondre, en publiant une longue tribune. En voici une grande partie :

Comment rester muet – malgré les recommandations les plus naturelles – devant le spectacle offert la semaine dernière par plusieurs médias suite à une confidence sans importance sur l’absence de mon film aux Oscars. Il est naïf de croire sa parole valable quand il s’agit de commenter un phénomène si commun qu’il est au fond une coutume, un réflexe. Une façon. Une façon de dire, de citer, de trafiquer, d’industrialiser ; l’information n’est pas un privilège acquis, mais une chose à acquérir, moyennant une vente. Cette façon, elle s’enracine avec tant de profondeur dans nos mœurs qu’il paraît pratiquement abruti de s’y frotter, et d’en attaquer l’édifice. Mais je préfère être un abruti qui répond plutôt qu’être faible et me taire. Le silence est, disait Francis Bacon, la vertu des sots. […]

À mes yeux, qu’un propos aussi trivial – celui d’il y a sept jours – puisse être dans ce volume, et de cette façon, repris de blogues en blogues, de sites en sites, avec un tel automatisme, un plaisir aussi manifeste, cache un amour de la bêtise, de la sensation, que n’importe quel être sensé peut qualifier de vulgaire. Le désir des titres sensationnalistes n’est pas exactement neuf – on a connu des scandales plus jeunes -, mais il semble qu’un certain rang de journalistes dont on croirait le mandat plus droit, où qui répondent à des publications plus sérieuses, observent de plus en plus, ces jours, ces années, une diète qui se compose exclusivement de non-nouvelle. […] Et du fait que j’ose rectifier le tir sur les médias sociaux, et dire que ce type de journalisme est pauvre, un de « ceux-là » s’empresse d’écrire : « si l’on peut comprendre qu’il [moi] s’agace par conséquent de voir des propos déformés si massivement, on se demande si ce génie transcendantal trouvait le journalisme si « pauvre » quand il lui consacrait ses couvertures et d’innombrables pages lors de la sortie de son film Mommy »… Comme si les mêmes esprits confectionnaient la critique d’un film et la critique, sous-jacente, d’un individu. Voilà un parallèle d’une nigauderie abyssale – un carburant qui suffit, j’en conviens, à faire marcher le lecteur le plus primal, et qui aime détester.

Ces journalistes n’ont pour moi pas d’honneur ; ils n’ont ni l’intelligence de critiquer une oeuvre, ni le mérite de livrer une information ; c’est une donnée. Ils la maquillent, la gavent, pour l’engraisser, et quand elle est prête, la livrent à la foule dont on voudrait croire qu’elle ne veut pas accorder une fraction de seconde à un centième de nouvelle ; mais comme dans ce film avec Audrey Hepburn et Shirley MacLaine, la rumeur sortie de la bouche d’une petite fille laide suit déjà son inarrêtable élan, et voilà que des centaines de gens nous écrivent pour nous ordonner de cesser de nous « plaindre » et de « fermer notre sale gueule » ; cette dernière phrase fera sans doute sourire nos commanditaires de la haine ; en attendant de vivre de leur travail, ils vivent pour nous égratigner, et se félicitent de nourrir une image fausse de nous. […]

Il me faut pour naviguer l’étendu personnel de cette mode remonter en arrière d’environ quatre ans. Tôt, le matin de la conférence de presse du Festival de Cannes, six journalistes québécois s’étaient réunis dans les bureaux du distributeur de « Laurence Anyways » pour cueillir quelques citations sur la sélection du film au Certain Regard. Après des mois passés à lire les pronostics des médias les plus avisés, et qui affirmaient pratiquement tous ma présence inévitable dans les rangs officiels, il n’était pas inexplicable que j’aie pu, à 21 ans, me laisser emballer. Ce matin-là, donc, et devant ces six journalistes, je dis que j’étais déçu de ne pas être en Compétition, mais heureux d’être du Certain regard, et la conversation suivit son cours, l’air de rien. Le lendemain, le sixième journaliste écrivait, en toutes lettres : XAVIER DOLAN IS GOING TO CANNES, AND HE IS NOT HAPPY. Je le revois écrit noir sur blanc, mais dans mon cœur, c’est écrit en rouge.

Il n’en fallu pas plus pour que, tout juste débarqué à Cannes, on me parle de ma colère, de mon courroux, dis-je, de ma honte, de ma déception vertement hurlée, et sous tous les toits, sans gêne… Une semaine de pur malheur à tenter de défaire ce scandale imaginaire né d’un simple en-tête. On m’en parle encore. L’écrit encore. On ne l’oubliera jamais. Et pourtant, qui sait vraiment ce qui s’est dit ce matin-là d’avril, dans ce bureau? Personne. La même chose, précisément, à la lettre, s’est produite la semaine passée, quand ce reportage fragmenté est paru, et que ces deux journalistes locaux ont dit que « je n’étais pas content… » : une invention totale. Jamais par moi verbalisée, ou non plus ressentie, ni dans le ton, ni dans l’attitude ; rien pour écrire à maman, dira-t-on, quatre petits mots innocents, une paraphrase usuelle, et que l’on croirait sans malice. Mais qui possèdent apparemment la qualité fertile des ragots exponentiels.

Belote, rebelote. Même réaction, même irritation, même incompréhension. D’où ces journalistes – ceux ayant relayé ad nauseam cette allure de brève – tiennent-ils cette incapacité à se poser des questions, à chercher en profondeur, à récuser la pertinence d’un sujet quand il n’en est pas un ? À quel métier aspirent-ils? De quelle profession se réclament-ils? Que ne comprennent-ils pas du sentiment de déception? N’ont-ils jamais fait face à de désappointantes situations? Ont-ils connu l’échec, ou leur vie n’est-elle qu’une suite de réussites uniformes et étincelantes? Ont-ils, enfilant les nuits blanches, attendu un coup de téléphone qui ne viendrait jamais pour ainsi se formaliser à outrance du chagrin le plus légitime? Connaissent-ils seulement l’inconfort constant de la parole, et la peur d’être mal cité? Enfin, pourquoi l’ambition nous dérange-t-elle autant? Pourquoi doit-on toujours la confondre avec la prétention?

Je me questionne peu ou proue, sinon, sur les conséquences de ce texte. La franchise et la vérité est sont importantes à mes yeux que la complicité d’une faction d’échotiers dont l’amour est toujours un coup de couteau dans le dos. Je fais ce métier pour être aimé à travers mes films ; je ne m’attendais tout de même pas à être aimé à travers moi, c’eût été trop facile. Mais devant ce type de désinformation, se taire est insulter la profession de journaliste, pour laquelle mon admiration n’a d’égal que la violence que je ressens quand on la salit par un sensationnalisme mesquin, et une démagogie crétine. Il y a d’ailleurs fort à parier que seront reprises de ce document que ces dernières phrases ; les plus délétères, et les plus infidèles à l’esprit du texte. Mais la réponse la plus extraordinaire à cette lettre, dont le contenu est accessible au public, intégralement, sans altérations, et sans détours, serait un grand silence, curieusement.

L’intégralité de la lettre est à découvrir sur le site du Huffpost.

Par Fox Mulder le

Plus de lecture