Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Parmi les nombreuses craintes que peut évoquer le projet d’une série adaptée de The Witcher, il y a bien sur la question de la fidélité au matériel d’origine. Que vous ayez lu les bouquins ou bien joué aux jeux, l’univers sombre, violent et parfois cru de la saga ne vous a pas échappé.

Forcément, on s’est longtemps demandé si la série de Netflix aurait l’audace de retransmettre à l’écran cette vision parfois brute de décoffrage. Il serait en effet (selon nous) très dommage d’avoir droit à une version édulcorée et à peine réchauffée du charismatique Sorceleur. Une problématique à laquelle la showrunner Lauren Hissrich a répondu lors d’une interview avec EW. Selon elle, The Witcher ne sera clairement pas dans la catégorie du PG-13 (interdit aux moins de 13 ans aux USA). Au contraire, elle prône une vision beaucoup plus mature : « C’est un show vraiment très adulte. J’aimerais aussi ajouter que c’était important que la violence ou le sexesoient des vecteurs dans la narration, et pas seulement des éléments-chocs. Je pense que l’audience est aujourd’hui parfaitement au courant lorsque l’on fait des choses juste pour les choquer, ou bien des choses qui conduisent vraiment le récit ». Sur le papier, les mots sont en effet prometteur (tout comme le premier trailer de la série). Néanmoins, on attendra un visionnage complet pour donner raison (du moins on l’espère) à Lauren Hissrich. Toujours sur le sujet de la série, elle nous promet également une adaptation qui sera bien celle des livres, et non pas celle du jeu vidéo : « Ils sont allés dans une direction, et nous en avons pris une autre », dit-elle. Elle nous promet en tout cas une écriture subtile, dans laquelle les méchants ne sont pas toujours ceux que l’on croit : « Il n’y a pas vraiment de vilains. L’une des choses que l’on a aimé explorer sont toutes les zones grises des romans. Les personnages que vous soutenez au début ne seront peut-être pas les mêmes que ceux que vous soutenez à la fin ». En clair, les belles promesses ont été alignées. Nous sommes tous officiellement emballés. Il ne reste plus qu’à délivrer.

Par Yox le

Plus de lecture