Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

La dernière bande-annonce n’augurait rien de bon. Celle-ci a au moins un avantage net : une fois que vous l’aurez vu, vous pourrez allègrement passer à autre chose, sans ne plus jamais vous retourner sur cette nouvelle adaptation cinématographique de Hitman. La raison : tout le film est dedans.

On ne reviendra pas sur ce côté action prohibitif qui fait état d’une véritable compréhension de l’univers de Hitman, un antihéros charismatique qui déglingue ses ennemis en Bullet-Time, doté d’une force surhumaine et de super-réflèxes. Sérieusement ? Disons qu’on n’a jamais rien eu contre les réécritures, mais à ce stade des choses, on est plus dans le piétinage de l’œuvre originale qu’autre chose. Où est passé l’agent froid, calculateur qui effectue ses contrats (pratiquement) toujours sans arrière-pensée ? Où est passé l’homme discret, l’ombre qui se fond dans la masse ? Certainement pas dans ce nouveau film, comme vous vous apprêtez à le constater. Baptisé Hitman Agent 47, ce nouveau métrage n’a qu’un mot à la bouche : l’action. Une réflexion que l’on avait déjà menée à la suite de la première bande-annonce, et qui est toujours d’actualité. C’est à se demander ce que Rupert Friend et Zachary Quinto sont venu foutre là dedans. Le premier brille de mille feux dans la quatrième saison de Homelandvous , quant à l’autre, il est juste l’un des meilleurs acteurs de sa génération. Probablement les deux (seuls) gros atouts de ce film, qui sortira le 30 septembre prochain.

Par Fox Mulder le

Plus de lecture