Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Il a fait une apparition remarquée dans les toutes dernières secondes de Venom, la crinière rougeâtre et la folie dans le regard : Woody Harrelson s’apprête à reprendre son rôle de Cletus Kasady (aka Carnage) dans la suite de Venom. Bonne nouvelle, le tournage est toujours confirmé pour novembre.

C’est lors d’un entretient téléphonique avec le magazine Première que Woody Harrelson a confirmé l’information : « On commence à tourner en novembre » a-t-il dit. Il a ensuite parlé des raisons qui l’ont poussé à accepter ce rôle, qui le placera directement face à Tom Hardy et son symbiote noir : « Pour le premier Venom, j’ai accepté le rôle juste parce que c’était Ruben Fleischer ». Le même Fleischer avec qui il a tourné Bienvenue à Zombieland, et sa suite. L’acteur a ensuite rajouté : « Je crois que je ne me m’étais jamais engagé à jouer dans un film sans avoir vu le script… Enfin, à part pour Hunger Games, mais je connaissais déjà l’histoire grâce aux livres. Là, c’était un peu fou de ma part. Mais j’aime aussi beaucoup Tom Hardy, donc j’ai dit oui ». Il a ensuite fini par évoquer le script du film, qu’il juge assez prometteur (le contraire nous aurait étonné : « J’ai lu la dernière version en date du scénario de Venom 2. C’est très bien, et ils continuent de l’améliorer pour donner encore plus de substance à mon personnage. J’ai le sentiment que ça va être super. Enfin, j’espère ! ». Inutile de se le cacher, on espère aussi. D’autant plus que Carnage est un personnage bien plus clivant qu’Eddie Brock, uniquement attiré par une soif de destruction et de meurtre. Armé de pouvoirs surpuissants, il est surtout le penchant ultra-violent de Venom. Dans les comics, sa barbarie n’a pas de limites. Un aspect que l’on aurait aimé retrouver dans ce film, qui ne sera pourtant pas Rated-R. Espérons que le scénario saura justement combler cette absence de violence sourde, par une psychologie plus poussée.

Par Fox Mulder le

Plus de lecture