Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Suite à la diffusion du tout premier trailer de Mad Max Fury Road, tout le monde a crié au fond vert. Trop d’effets spéciaux, pas assez de cascades old-school. Puis le réalisateur George Miller a lâché une petite bombe : toutes les cascades vues dans le film sont vraies.

Un véritable majeur en l’air, fièrement dressé contre la dictature du fond vert et des effets spéciaux. Pour son nouveau film, le papa de la série tenait à faire les choses dans les règles de l’art. Des cascades décoiffantes, des explosions en pagailles, des poursuites à grande vitesse et plusieurs tonnes de taule allègrement froissée au beau milieu du désert. Très franchement, on peut difficilement faire plus « Mad Max » que ça. Bien que le résultat final ne soit peut-être pas foncièrement si différent de ce qui aurait pu être fait par ordinateur, il faut bien reconnaitre que le fait de savoir que tout est réel donne un autre regard sur le film. Du moins, sur le plan des cascades, puisque certains décors apocalyptiques sont bien évidemment issus d’effets spéciaux. Tout comme l’apparition de véhicules supplémentaires en post-prod. Même les acteurs du film ont dû se prêter au jeu, en effectuant les cascades eux-mêmes, sans doublure. Nicholas Hoult raconte qu’il avait pas moins de 5 versions de sa voiture dans le film, qui ont toutes été recréées au détail près, y compris ceux qui ne seront pas forcément visibles à l’écran, comme les gravures sur le volant. On peut imaginer la même chose pour Tom Hardy et Charlize Theron, qui étaient eux même au cœur de ce déferlement mécanique. Au micro de Première, Frank Miller confiait : « Le premier jour du tournage, après le premier plan, j’ai dit « Coupez ! ». Et bon sang, c’était là. Rien à retravailler, le plan était fait, dans la boîte. L’animation c’est comme évoluer dans le brouillard et voir les choses au ralenti. Sur du live action, ce qu’il faut filmer est là, devant toi. Tu dois avoir les sens en éveil pour ne pas rater le truc à l’instant où il se produit. […] Par moments, l’intellect intervient, mais c’est l’instinct qui domine ». EDIT: Aujourd’hui, un nouveau making of des rush du film surgit sur la toile. Et c’est assez impressionnant.

Par Fox Mulder le

Plus de lecture