Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Si tous les mecs de 70 piges étaient comme Stallone, le monde serait un vaste champ de bataille dans lequel les salles de sport auraient remplacé toutes les boulangeries, où le modèle standard serait les RayBan Aviator, et la devise inscrite dans tous les documents officiels serait « C’était pas ma guerre ».

Le fait est qu’il n’y a qu’un seul Sylvester Stallone. Le seul et unique. Alors que l’homme souffle aujourd’hui sa 70e bougie, les mauvaises langues diront que l’acteur n’est plus que l’ombre de lui même. Qu’il n’est plus que la relique d’un monde révolu, dans lequel les restaurants Planet Hollywood servaient encore des burgers / frites hors de prix aux quatre coins du monde. Une légende, dont le règne appartient au passé. Ce qui est totalement faux. Malgré quelques tentatives infructueuses de capitaliser une énième fois sur les franchises Rambo et Rocky, l’acteur septuagénaire a prouvé qu’il était encore dans la course. Dans Creed, il laisse les feux de la rampe à un autre acteur, faisant paradoxalement briller Syl plus fort que jamais. Au-delà de ses nombreux personnages, la vie de Stallone est à elle toute seule un scénario de film. De ses débuts laborieux, sa lutte pour imposer le script de Rocky à une industrie réfractaire, sans oublier le film porno dans lequel il a joué pour arrondir les fins de mois. Stallone a tout fait, et il continue encore d’en faire. Au-delà de la franchise Expendables, qu’il porte à bout de bras, il a récemment doublé un personnage de l’animé Ratchet & Clank. Une première, pour un vrai touche-à-tout.

Stallone 70 01

Source image entête.

Par Fox Mulder le

Plus de lecture