Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Ce n’était qu’une question de temps. Le monstre longiligne, sans visage et dévoreur d’âmes sorti tout droit des entrailles du net s’apprête à venir hanter le monde du septième art. Accrochez-vous à votre froc, car le business morbide sur le phénomène du web ne fait que commencer.

D’abord un forum, des artworks terrifiants, puis des jeux, un documentaire sur HBO, et maintenant des films. C’est bien connu, le mal n’a aucune limite, aucune frontière. L’exploitation massive du Slender Man est à la fois une bonne, et une terrible nouvelle. Bonne, parce qu’on ne rate jamais une bonne occasion de salir des sous-vêtements neufs. Terrible, car l’aura mystique du SlenderMan vient du fait qu’il existe, sans exister. Qu’il soit là, sans l’être vraiment. Qu’il nous observe, sans que personne ne le voit. N’importe quel fan d’expérience horrifique vous le dira, que ce soit dans le confort molletonné d’une salle obscure, face à un jeu vidéo, ou dans les méandres d’un bouquin de King, la peur vient souvent de l’inconnu. Tout est question d’invisible, d’anticipation. Si le SlenderMan fait si froid dans le dos, c’est parce qu’il laisse travailler votre imaginaire. C’est lorsqu’elle n’est pas identifiée que la menace reste la plus effrayante. Reste à espérerer que le futur long-métrage (actuellement prévu pour 2017), saura jouer des silences, des non-dits, et ne fera pas du SlenderMan une énième bonne idée qui n’attend que de se faire broyer par le système capitaliste. D’ici là, on vous laisse jeter un œil à ce fan-film :

SlenderMan Film 01

Par Fox Mulder le

Plus de lecture