Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Adapter Sleeping Dogs au cinéma, c’est pratiquement un truc qui tombe sous le sens. Il faut dire que le jeu est véritablement blindé de références au cinéma Hongkongais. Introduire la licence sur le grand écran, c’est finalement le serpent qui se mord la queue.

Sur consoles, Sleeping Dogs c’est d’abord la belle surprise de 2012. Une plongée vibrante dans les quartiers bouillants de Hong Kong dans la peau de Wei Chen, un double agent qui a pour mission de faire tomber le redoutable gang des Sun On Yee de l’intérieur. Repris par Square Enix, le GTA-like jouissait d’un gameplay qui alternait de folles courses poursuites à pieds, des fusillades, combats à main nue et une conduite ultra arcade. Le tout sur une soundtrack magistrale, avec des labels comme Ninja Tune ou Warp qui avaient droit à leurs propres radios. Le jeu revenait de loin d’autant plus que son développement avait été une véritable tare. À la base, Sleeping Dogs aurait dû être True Crime 3. Finalement, c’est Square Enix qui a repris l’affaire avec le résultat positif que l’ont connaît. Aujourd’hui, on est donc plutôt ravis de voir que le feu vert a été mis sur un projet de long-métrage. Il sera produit par Neal Moritz (Fast and Furious) avec l’acteur Donnie Yen (vu dans Rogue One) en tête d’affiche. Le potentiel est là.

Par Fox Mulder le

Plus de lecture