Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

On ne le dira jamais assez, la version américaine de Shameless est l’un des rares contre-exemples à l’adage qui dit qu’en télé, les remakes du pays de l’Oncle Sam ne sont que de vastes copies édulcorées. En sept saisons, la série de Showtime a su se détacher de l’ombre de sa cousine britannique.

En plus de son écriture à la fois drôle et ultra corrosive, l’une des raisons de ce succès tient avant tout dans la qualité du casting. Chacun des personnages principaux bénéficie d’une interprétation d’une rare intensité. William H. Macy (forcément) culmine dans les sommets du charisme. Le patriarche alcoolique, je-m’en-foutiste, véritable loque humaine ô combien attachante reste l’un des piliers de la série. À côté d’une telle figure, le reste du casting ne s’efface pourtant jamais. Emmy Rossum qui incarne la débrouillarde Fiona enchaîne les performances les plus folles au fil des saisons. N’oublions pas Cameron Monaghan et Jeremy Allen White dans les rôles de Ian et Lip, deux frères qui ont chacun leurs démons, leurs névroses, et une envie bien réelle de s’en tirer, constamment dynamitée par une tendance à l’auto-destruction que l’on peut définitivement considérée comme un gène familial. Récemment confirmée, la huitième saison de Shameless débarque en novembre 2017.

Par Fox Mulder le

Plus de lecture