Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Dire que le remake des Sept Mercenaires est l’un des films les plus attendus du mois de septembre relève de l’euphémisme. Il faut dire qu’avec son casting de très (très) haut vol, le nouveau long-métrage d’Antoine Fuqua (Equalizer, Southpaw) montre que les Westerns n’appartiennent plus seulement à l’ère de Sergio Leone.

Un constat qui pouvait déjà se vérifier à l’époque de la diffusion de l’excellente série Deadwood sur HBO, entre 2004 et 2006. Il faudra néanmoins attendre 2010 pour que le genre revienne véritablement dans les grâces du grand public avec la sortie de Red Dead Redemption, une perle vidéoludique venue des entrailles de Rockstar Games, et qui applique avec succès la formule de Grand Theft Auto à l’univers du Far West. Bien qu’il ne s’agisse que d’un jeu vidéo, les références cinématographiques s’accumulent. Difficile également de ne pas citer le boulot d’un certain Tarantino, qui a largement contribué au come-back du genre, d’abord avec Django Unchained, et plus récemment avec The Hateful Eight. On aurait également pu citer Jane Got a Gun avec Natalie Portman, True Grit des frères Coen, The Homesman avec Tommy Lee Jones, ou The Salvation avec le magnifique Mads Mikkelsen. Du côté du petit écran, la série Hell on Wheels continue de sévir sur AMC. Autant dire que cette nouvelle itération des Sept Mercenaires est loin d’être un anachronisme en 2016. Plus d’un demi-siècle après le film de John Sturges, l’idée de réactualiser le mythe semble justifiée. Ici, la volonté n’est pas d’effacer le long-métrage de 1960 avec Yul Brynner, Steeve McQueen et Charles Bronson, mais plutôt d’offrir une version actualisée de l’histoire, sans en modifier le propos. On change la forme, mais pas le fond. Alors que le terrible Bartholomew Bogue tyrannise la ville de Rose Creek, les habitants au bout du rouleau vont engager une escouade de mercenaires, chasseurs de primes, rebuts et hors-la-loi, qui vont très vite transformer la ville en champ de bataille. Derrière le divertissement pur, le long-métrage fustige également une certaine conception du capitalisme cynique. On ne répètera d’ailleurs jamais assez que le métrage de 1960 était lui-même le remake du film japonais Les Sept Samouraïs sorti en 1954, et réalisé par Akira Kurosawa. Face à la caméra, Chris Pratt, Denzel Washington, Ethan Hawke, Vincent d’Onofrio ou encore Matt Bomer font peser la balance vers le casting sept étoiles. Avec un budget de 90 millions de dollars, le film a tout du blockbuster intelligent. La production n’y est d’ailleurs pas allée de main morte avec la promotion. Elle a notamment réuni sept DJ internationaux au Shoreditch Studios à Londres, lors d’une soirée événement. Vous pouvez y jeter un oeil par ici, ou bien découvrir la playlist juste en dessous. De son côté, le film prendra d’assaut les salles françaises dès le 23 septembre.

7M 04

7M 03

7M 01

Par Article Sponsor le

Plus de lecture