Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Depuis l’explosion télévisuelle de The Walking Dead, les zombies ont allègrement envahi le petit écran, parfois avec plus ou moins d’inspiration. Parmi les meilleures interprétations du mort vivant de Romero, il y a In the Flesh, mais aussi Santa Clarita Diet.

Portée par Drew Barrymore et l’excellent Timothy Olyphant, la série diffusée sur Netflix s’attaque au genre de la série zombiesque avec un angle inédit : celui de la comédie. Il n’y a pas d’apocalypse, pas de fin du monde. Les bouffeurs de chair humaine sont conscients, et ils sont parmi nous. Attention, ils n’en sont pas inoffensifs pour autant. Dans Santa Clarita Diet, un zombie reste un zombie : une créature dangereuse, voire mortelle. Mais ils peuvent également être des voisins (presque) sans reproches, des épouses aimantes, ou des salariés modèles. C’est dans le décalage que la première saison de Santa Clarita Diet puise sa force, mais aussi dans les séquences ultra gores où la caméra montre tout. Face aux pulsions dévorantes de la femme de maison, le couple va très vite se mettre à chercher des victimes pour rassasier madame, ce qui peut s’avérer très drôle. Pour résumer, cette série c’est la rencontre entre Walking Dead, Dexter et Desperate Housewives. Face à l’ampleur du final de la première saison, on savait qu’il y avait encore beaucoup de choses à faire dans l’univers de cette série vraiment barrée. Bonne nouvelle, Netflix vient de confirmer une deuxième saison, qui débarquera en 2018.

Par Fox Mulder le

Plus de lecture