Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Même si on peut clairement redouter le côté trop prolifique de la saga de George Lucas depuis qu’elle s’est laissée pousser les oreilles de Mickey, l’idée de lancer une série de films dérivés sur l’immense univers de Star Wars n’est pas si mauvaise.

Il faut dire qu’il y a encore pas mal d’horizons, et autant de voies scénaristiques et créatives à explorer dans la vaste galaxie de George Lucas. Et du point de vu d’un producteur : pas mal de fric à se faire durant le processus. C’est donc non sans un certain scepticisme, teinté d’une pointe de curiosité et d’envie que l’on attend ce premier spin-off de Star Wars, d’ores et déjà prévu pour le 16 décembre 2016. Pour être tout à faire franc, on ne sait pas encore vraiment quoi penser de ce long-métrage baptisé Rogue One, tant l’idée d’un film Star Wars par an est à la fois excitante et profondément terrifiante. Surtout pour une saga qui nous avait habituées à se faire désirer, et à faire languir ses fans de longues années, quitte à susciter un trop plein d’espoir qui se solde par une déception courue d’avance. En pleine convention Star Wars, il n’est pas vraiment étonnant d’avoir droit à de nouvelles infos sur ce nouveau film, qui explorera des terres délaissées dans la saga principale.

L’horreur de la guerre


Réalisé par Gareth Edwards (à qui l’on doit le très moyen Godzilla), Rogue One a pour ambition de faire la peinture d’une période sombre, entre les épisodes III et IV, à la poursuite d’un commando mandaté du vol des plans de l’Étoile Noire. Précisément ceux que Leia confie à R2-D2 au début du IV, avant de se faire arrêter par un certain Dark Vador. On nous promet une histoire de guerre dans la plus pure tradition du genre, brute de décoffrage, inspirée d’œuvres comme Black Hawk Down ou Full Metal Jacket. Interrogé durant la convention, le cinéaste confie : « Le film parle du fait que Dieu ne viendra pas à notre secours, et que nous sommes livrés à nous-mêmes. […] L’absence des Jedis sera omniprésente. Elle tient même tout au long du film ». Une histoire dure, emplie de désespoir qui sera menée par un tout nouveau casting, marquée par la présence de la belle Felicity Jones, vue dans le dernier film Spider-man. Un premier teaser a même leaké sur la toile, dont la qualité laisse cependant à désirer. Jugez plutôt :