Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Ce n’était peut-être pas sa guerre, mais Stallone est encore là pour casser des rotules et exploser un maximum de TNT. Paré pour un ultime tour de piste dans son rôle iconique, l’acteur promet de porter une conclusion méritée à son personnage de Rambo, dans le justement titré Last Blood.

« I’ve lived in a world of death ». Première phrase, première punchline. Si on se doutait que la subtilité n’était pas le point fort de la saga, on se réjouit de découvrir la montée psychologique du personnage torturé de John Rambo. Un soldat qui a su en son temps exposer à la lumière du jour, une facette trop souvent mise de côté par l’armée et les différents gouvernements. Le stress post-traumatique, l’incapacité de certains soldats à s’acclimater à la vie civile. Alors oui, le sujet a depuis été largement éculé, que ce soit au cinéma et à la télévision. On se doit aussi de reconnaître qu’au fil des suites à rallonge, la saga Rambo a parfois viré à la purge. Mais il sera tout de même intéressant de découvrir la conclusion que Last Blood apportera à ce personnage charnière de la culture populaire. Forcément, la première bande-annonce ne manque pas d’action explosive. Lorsque Rambo défend seul sa maison, bourrée de pièges, on pourrait presque penser à un remake sous testostérone de Home Alone. Mais il y a aussi autre chose derrière les effluves de poudre à canon. Un goût d’adieu, une certaine mélancolie portée par un acteur de légende, et qu’il nous tarde de découvrir en salles, dès le 20 septembre prochain aux USA.

Par Fox Mulder le

Plus de lecture