Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Le truc que l’on craint le plus lorsqu’une bonne idée scénaristique s’embourbe dans une saga, c’est que le concept du film initial ne soit plus qu’une vulgaire charogne sur laquelle on s’arrache les derniers bouts de chair pour en tirer quelques billets verts supplémentaires.

Il n’y a aucun doute sur les justifications pécuniaires de la sortie d’un quatrième épisode d’American Nightmare. Après tout, le troisième et dernier film en date a su récolter pas moins de 118 millions de dollars pour un budget initial d’une dizaine de millions. Plus qu’un succès du Box Office, le bien nommé Election Year renouvelait avec succès cette critique acerbe d’une société américaine malade, dévorée de l’intérieur par une véritable soif de violence, et qui n’a d’autre choix que d’autoriser l’anarchie une fois par an pour maintenir l’ordre. Dans les faits, ça donne un thriller d’épouvante série B plutôt efficace, qui a au moins le mérite d’évoquer des sujets sensibles, sans (hélas) jamais vraiment avoir l’audace d’aller au bout du bout. Il y a encore pas mal de trucs à faire avec un concept aussi fou que celui d’American Nightmare. On espère que le quatrième épisode, prévu pour le 4 juillet 2018 aura les couilles de s’inspirer du climat ambiant assez dégueulasse pour accoucher d’un divertissement aussi brutal sur le plan idéologique que visuel.

Par Fox Mulder le

Plus de lecture