Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Des craquements suspects dans le plancher, des portes qui se claquent, des ados beaucoup trop propres sur eux, une disparition mystérieuse, des jump-scares en pagaille : oui, vous avez probablement déjà vu ce film. Ce qui est certain, c’est que Ouija ne risque pas de s’étouffer avec l’originalité.

On dit souvent que ce sont dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupes. Après tout, une histoire d’esprits c’est un petit peu comme un bon gros Big Mac. T’en bouffes depuis que tu as 10 ans, t’es pas spécialement emballé par le truc, mais si on t’en fou un sous le nez de temps en temps, tu vas pas cracher dedans. Les cordes du cinéma horrifique sont tellement usées qu’il devient difficile de surprendre, sans tomber dans le concept le plus farfelu. Bientôt en salle : le premier film d’horreur filmé depuis un iPad ! Ce qui continue à fasciner avec les films d’esprits, c’est que malgré une foule d’éléments avant-coureurs (ombres suspectes, lumière qui s’éteint brusquement, femme en robe de chambre qui fixe les personnages à l’autre bout du jardin), les protagonistes continuent à faire preuve d’une connerie abyssale, en se jetant systématiquement dans la gueule du loup. C’est un petit peu comme s’ils cherchaient à brusquement se faire trainer dans la pièce sombre, avant de foutre en l’air le parquet parfaitement ciré avec leurs ongles crochus.

Un film produit par Michael Bay


À croire que le seul film récent où les héros n’ont pas envie de crever s’appelle It Follows. Un excellent film paranoïaque, que l’on ne cessera de vous conseiller. Dans le genre salement pris au piège, on pourrait aussi citer le Silent Hill de Christopher Gans (et non sa suite désastreuse avec Kit Harrington, s’il vous plait). Tout ça pour dire que Ouija n’a pas l’air d’avoir inventé l’eau chaude. Le fait qu’il soit produit par Michael Bay aurait dû nous mettre la puce à l’oreille. Tout comme le nom de son réalisateur : Stiles White, à qui l’on doit le très limite Possédée en 2012. Après, vous savez ce qu’on dit : pas besoin de décrocher l’Oscar pour passer un bon moment devant son écran. On n’est pas à l’abri d’un bon petit plaisir coupable. De préférence en troisième partie de soirée, et dans un état d’ébriété avancé. Parce que vous avez tous essayé au moins une fois chez vous. Et pourtant, après tant d’années, vous devriez savoir qu’il va vraiment falloir arrêter de jouer avec les esprits. Sérieusement, ce n’est pas une bonne idée :

Ouija - NEWS01

Par Fox Mulder le

Plus de lecture