Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Depuis que le projet d’une suite filmique d’Alice au Pays des Merveilles a été annoncé, la gronde fait rage auprès des fans. La raison est simple : le film se fera sans Tim Burton. Une absence inconcevable pour certains, qui n’a pas empêché le projet d’aller vers l’avant.

Prévue pour sortir sur nos écrans le 1er juin 2016, la suite d’Alice portera (sans surprise) le nom du deuxième volet de l’histoire accouchée par Lewis Carroll, publiée en 1871. Baptisé Alice de l’autre côté du miroir, ce deuxième long-métrage devrait en toute logique être le dernier, tout du moins si les producteurs décident de s’en tenir à adapter l’œuvre originale. Un récit bourré de non-sens aux multiples niveaux de lecture, dans lequel Alice découvre un monde étrange au-delà du miroir de son salon. Un univers bourré d’humour, de personnages baroques aux tirades poétiques, et truffé de métaphores liées au jeu d’échecs. Un chef-d’œuvre tout simplement intemporel, qui peut aussi être assimilé à une allégorie de la futilité. D’une divagation, ou encore une rêverie qui n’a pas de véritable justification. Néanmoins, l’original fera (comme pour le premier film) l’objet d’un certain degré de réécriture, et devrait notamment accentuer l’importance du chapelier fou, joué par Johnny Depp.

Le chapelier fou mis en avant


L’acteur fétiche de Burton vient d’ailleurs de rempiler pour le rôle, tout comme Helena Bonham Carter, Danny Elfman et Mia Wasikowska sous les traits de la jeune et innocente Alice. La question que tout le monde se pose est bien entendu la suivante : qui pour remplacer Burton ? Fin du suspens, il s’agira de James Bobin, un cinéaste pratiquement débutant qui aura la lourde tâche de rester fidèle à la vision de Tim Burton, sans non plus le singer pour autant. De quoi inquiéter les puristes, mais après tout, le style que beaucoup s’accordent à qualifier de « Burtonnien » n’est autre qu’une extension de l’influence colossale de Lewis Carroll, et c’est bien de lui dont il s’agit lorsqu’il est question de l’univers d’Alice au Pays des Merveilles. Espérons que James Bobin saura saisir les contrastes de cet univers si particulier, sans pour autant tomber dans une vulgaire caricature. On vous laisse jeter un œil aux premières affiches du film, plutôt épurées. EDIT : Un premier teaser (très court) vient d’être dévoilé :

Alice 2 - NEWS01

Alice 2 - NEWS02

Alice 2 - NEWS04

Par Fox Mulder le

Plus de lecture