Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Si les cinq saisons de The Wire sont peuplées de personnages charismatiques à crever, Omar Little est sans conteste l’un des plus emblématiques. Sur l’immense échiquier de Baltimore, il fait office d’électron libre. Un type sans peur, qui ne sort jamais sans son tristement célèbre shotgun à canon scié.

Pour être honnête, il représente à lui seul un prétexte tout à fait valable pour retomber dans l’intégrale de la série de David Simon. Bien que son importance dans l’intrigue ne saute pas directement aux yeux, elle est capitale dans la dynamique de la série. Il est le grain de sable dans la machine. L’électron libre qui vogue entre le bien et le mal, et qui brise cette dynamique habituelle d’affrontement manichéen, chose que la série n’est absolument pas. En bon Robin des Bois du quartier, il semble être le seul inconscient à ne pas trembler face aux redoutables dealers de Baltimore. Il les pille, les humilie sans cesse, et s’attaque à eux dans des affrontements directs façon David contre Goliath. Sauf que dans le cas présent, David est un trompe-la-mort noir, homosexuel, avec une énorme cicatrice sur le visage, et une dégaine digne des plus grands westerns. Au-delà de ses coups d’éclat, de son célèbre sifflement, ou de son amour pour les Cheerios et les manteaux Duster, Omar est surtout un personnage fascinant comme on en fait plus. Superbement interprété par Michael K. Williams, il est en réalité inspiré de la vie de Donnie Andrews, un ex-braqueur aujourd’hui disparu, qui ne s’attaquait qu’aux autres dealers. Il était l’ami et consultant de David Simon pour la série, dans laquelle il fait d’ailleurs une apparition. Il y a quelque temps, Obama lui-même reconnaissait sa fascination pour Omar Little, qui est son personnage préféré de série. Depuis quelques années, les rumeurs d’un film sur Omar fleurissent de temps à autre sur la toile. Mais le fantasme n’est pour le moment rien de plus qu’une chimère. Il ne vous reste plus qu’à remater quelques-uns des exploits du garçon, en Blu-Ray de préférence. A man got to have a code.

Omar The Wire 02

Source image entête. Source image article.

Par Fox Mulder le

Plus de lecture