Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Depuis quelques jours, Neill Blomkamp fait l’actualité. D’abord parce que le Sud-Africain est officellement le prochain réalisateur à s’attaquer à la licence Alien, et ensuite parce qu’il est actuellement en pleine promotion de son dernier film, Chappie. À cette occasion, il est revenu de façon assez objective sur son second long métrage : Elysium.

Le jeune réalisateur aujourd’hui âgé de 35 ans, avait lancé sa carrière derrière les caméras sur un grand coup de poing du nom de District 9. Nous étions en 2009, et la claque était collective. Un vrai film de science-fiction, qui par la même occasion dénonçait la violence de l’apartheid. Fort de ce succès, il s’était lancé dans une plus grosse production, accompagné d’un Matt Damon spécialiste des blockbusters. Le résultat vous le connaissez, puisqu’il s’agit du très perfectible Elysium, qui partait avec une très grosse promesse mais dont la substance faisait défaut. Un film dont il reconnaît aujourd’hui les lacunes. Lors d’un entretien avec le site Uproxx, un journaliste lui pose une question très directe : pensez-vous avoir foiré Elysium ? Une interrogation à laquelle Neill a concédé un très modeste « un petit peu », pour finalement se confier un peu plus et livrer son ressenti à ce sujet.

J’ai presque envie de revenir en arrière


Il argumente : « Au final, je pense que l’histoire n’était pas la bonne. Je pense toujours que le concept satirique de l’anneau rempli de gens riches gravitant autour d’une Terre appauvrie est une idée géniale. Je l’aime tellement, j’ai presque envie de revenir en arrière et de la refaire correctement. Mais je pense que le script n’était pas… Je n’ai simplement pas fait un film assez bon. Les costumes, les décors, les effets spéciaux, tout ça a été très bien exécuté. Mais tout reposait sur un squelette pas totalement formé. L’histoire n’était pas totalement au point. » Quoi qu’il en soit, il y a toujours du bon à faire de l’autocritique. D’ailleurs, vous savez ce que l’on dit sur les fautes avouées. Nul doute que le réalisateur se servira de cette expérience pour nous fournir un Alien 5 bien abouti et digne de la légende de la saga. En tout cas, c’est ce que l’on souhaite très fort.

Par gianni77 le

Plus de lecture