Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Objet de fascination et d’une terreur sans précédent, les tueurs en série alimentent depuis des décennies les meilleurs scénarios de thrillers, qu’ils soient psychologiques, sombres et (surtout) tordus. David Fincher a d’ailleurs largement prouvé toute son expertise dans ce domaine morbide les jours où il a sorti Seven et Zodiac.

Avec Mindhunter, le cinéaste entend bien poursuivre son périple dans le monde des séries. Chose que l’on attend avec une impatience non dissimulée, puisque la dernière fois que Fincher s’est adonné aux joies du petit écran, ça nous a donné House of Cards. Ici, il n’est cependant pas question d’explorer les grandeurs et décadences d’un politicien sociopathe, mais plutôt de creuser la question des tueurs en séries. La très talentueuse Anna Torv (Fringe) est accompagnée par Jonathan Groff dans ce récit qui nous amène aux prémices de la criminologie. Une époque où le FBI commençait à peine à expérimenter les techniques de profilage pour écrouer les criminels les plus tordus. Mindhunter nous promet un rythme glaçant, qui testera les limites psychologiques de son héros (et principal enquêteur) en répondant à cette sempiternelle question : comment rentrer dans la tête d’un tueur sans perdre la raison ? Réponse le 13 octobre prochain.

Par Fox Mulder le

Plus de lecture