Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Contrairement à ce que l’on peut imaginer, le succès cinématographique du Seigneur des Anneaux n’était pas gagné d’avance. Véritable référence d’une rare richesse, l’oeuvre de J.R.R Tolkien ne jouissait pourtant pas d’une si grande connaissance auprès du public de masse. Si les initiés fans de fantastique et d’heroïc-fantasy allaient forcément se jeter sur cette adaptation filmique, la vraie surprise est venue du raz-de-marré populaire qui a frappé il y a maintenant 15 ans.

À la toute fin du mois de décembre 2001, le monde était introduit à La Communauté de l’Anneau. D’entrée de jeu, le long-métrage de Peter Jackson mise sur la richesse de son histoire. Le casting est tentaculaire et la durée du film (178 minutes) s’éloigne des coupes habituelles. Elijah Wood, Sean Astin, le génial Christopher Lee, Ian McKellen, Orlando Bloom, Sean Bean ou encore Cate Blanchett font partie des figures de proue. Le succès du film ne tarde pas à se faire sentir, faisant de lui l’un des 50 longs-métrages les plus rentables de l’histoire du septième art avec plus 871 500 000 dollars de recette. Les deux films suivants feront encore mieux, tout comme la trilogie du Hobbit. Avec La Communauté de l’Anneau, Peter Jackson a non seulement ouvert la voie à une appréciation mondiale de l’oeuvre originale de Tolkien, mais aussi remis en avant le genre du film fantastique / fantasy dans son intégralité. On ne peut pas s’empêcher de penser que HBO n’aurait peut-être pas mis les mêmes moyens dans Game of Thrones si le Seigneur des Anneaux n’avait pas cartonné au cinéma quelques années plus tôt. Avec La communauté de l’Anneau, Peter Jackson a prouvé au monde qu’il était possible d’intéresser les masses avec un genre que beaucoup de producteurs et d’investisseurs pensaient réservé à un public de niche. Difficile également de parler du Seigneur des Anneaux sans évoquer la grande qualité des décors, des costumes et des maquillages, largement récompensé aux Oscars (meilleure photographie, meilleurs maquillages, meilleurs effets visuels). N’oublions pas l’Oscar remis à Howard Shore pour l’exceptionnelle bande sonore, ô combien essentielle pour l’immersion, la concrétisation et la mise en oeuvre de ce monde imaginé par Tolkien des décennies plus tôt. On peine à réaliser que c’était il y a déjà 15 piges.

lotr15-01

Par Fox Mulder le

Plus de lecture