Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

La leçon est définitivement entrée dans les têtes des producteurs hollywoodiens : les films non censurés et Rated-R cartonnent aussi bien (si ce n’est mieux) que les blockbusters de superhéros tout publics et édulcorés.

Avec une histoire difficile, une réalisation coup de poing et une violence aussi physique que psychologique, Logan est un bouquet final que l’on aurait pu difficilement pu imaginer il y a encore quelques années. La prise de risque et la liberté artistique ont payé, montrant qu’il existe bel et bien une audience avide de divertissements qui ne prennent pas de pincette. Dans le monde, le film a déjà raflé 238 millions de dollars, selon Variety. Le dernier tour de piste d’Hugh Jackman dans la peau du mutant aux griffes est aussi le plus personnel. Niveau rentabilité, les chiffres parlent d’eux-mêmes puisque le film a coûté 97 millions de dollars. Rien qu’aux USA, le film a engrangé 85,3 millions de dollars pour son premier week-end d’exploitation, faisant de lui le meilleur lancement de la saga, et le meilleur lancement de l’histoire des films Rated-R sortis en mars. Sur les 81 marchés sur lesquels il a été lancé, le film était en tête dans 80. Ça se passe de commentaire, bien qu’en France le démarrage soit plus timide avec tout de même 172 000 entrées le jour de sa sortie. C’est beaucoup moins que Le combat de l’immortel (236 000 entrées en day one). Quoi qu’il en soit, la leçon sur le plan mondial est à retenir : les films de superhéros sérieux et Rated-R peuvent être rentables. Il n’y a plus qu’à espérer que d’autres héros autrefois jugés trop violents sortent de l’ombre. Messieurs les producteurs, mesdames les productrices, vous savez ce qu’il vous reste à faire.

Par Yox le

Plus de lecture