Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Chers lecteurs, c’est avec une joie non dissimulée que l’on vous présente aujourd’hui « Le petit Livre Rose d’un Serial Killer ». Un récit poignant sur le quotidien d’un tueur en série un peu manchot (ses victimes sont classées comme des morts naturelles). C’est foutrement drôle, bien écrit, et c’est surtout validé à 100% par toute la secte du magazine S!CK.

Par souci de transparence, on se doit quand même de vous dire que nous avons reçu un étrange mail en amont de la publication de ce billet. Il était signé de la main d’un certain « Tra’b ». Apparemment, la personne a déjà « commis » les livres Pokestrip et Jesus Sixte. Il aurait aussi été repéré dans un numéro de S!CK magazine, mais on ne s’en souvient pas. Dans son mail, l’auteur nous a urgé de parler de son livre. C’était ça, où il nous balançait « des boules de neige avec nos propres couilles à l’intérieur ». La rédaction de S!CK étant basée sur la Côte d’Azur, il était peu probable de trouver de la neige, mais dans le doute, nous nous sommes exécutés. Le forcené a ensuite précisé qu’il nous avait laissé tous les « assets » dont nous avions besoin (on ne sait toujours pas ce que c’est).

Néanmoins, nous y voilà. Malgré le climat menaçant, on a commis l’impensable : on a ouvert ce fameux livre rose. Et en toute sincérité, on s’est très vite pris au jeu des aventures de Billy Guylee, employé modèle de la maison de retraite des « Chlamydias ». Billy veut devenir quelqu’un. Quelqu’un d’important (il l’a juré à sa mère qui est enfermée dans le congélo). Pour ça, il a pensé à devenir star de télé-réalité, mais il était trop moche. Il a ensuite voulu être Rockstar, mais il était trop nul. Star de cinéma ? Il n’avait pas « la gorge assez profonde ». Il est donc devenu serial-killer. Du moins il essaye. Mais il en chie, sévèrement. Ce qui en découle, c’est une succession de situations/gags aussi crades qu’improbables, où le mot « bienséance » convulse à petit feu, maltraité page après page. On n’a pas l’habitude de dire ça, mais ce bouquin, vous allez vous le faire passer entre potes comme une grosse MST (ne posez pas de question). Avec son Petit Livre Rose (dispo ici), Tra’b tient vraiment quelque chose. Peut-être même son meilleur méfait. À quand une adaptation sur Netflix ?

Crédits images : Tra’b / Editions Lapin

Par Yox le

Plus de lecture