Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Alors que Will Smith affronte son double dans Gemini Man, Paul Rudd s’apprête à suivre ses traces dans le scénario de Living With Yourself, une comédie sympathique avec l’acteur d’Ant-Man. La bonne nouvelle, c’est que le récit semble moins con qu’il en a l’air.

Dans les faits, Paul Rudd (Miles) incarne un publicitaire au bout du bout. Un beau jour, il décide de participer à une mystérieuse cure de jouvence, dont il ressort revigoré. Plus que ça, il est transformé. Lorsqu’il rentre chez lui, tout devient plus positif : il est plus attentionné, plus productif, et pour cause : il a été remplacé par son « clone parfait ». Problème, le vrai Miles enterré six pieds sous terre va se réveiller. En rentrant chez lui, il tombe sur son clone. Et c’est là que les ennuis commencent. Si le synopsis ne semble pas révolutionnaire, il fait tout de même appel à des notions de psychologique assez inattendues dans une comédie. Living With Yourself, c’est tout simplement l’extrapolation de l’affrontement avec votre moi-intérieur. Une incarnation physique de ce double, la fameuse « meilleure version de vous-même ». Celle qui fait les choses dans l’ordre, qui comble tous ses proches et qui excelle dans votre boulot. Celle qui fait tout mieux que vous, et qui a tendance à vous rendre obsolète. Complexé et inutile, Miles va devoir littéralement réapprendre à vivre avec lui-même. L’idée est prometteuse, et bonne nouvelle : le film déboule le 18 novembre sur Netflix.

Par Fox Mulder le

Plus de lecture