Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Il était évident que le film Annabelle ferait sensation. Mais il était difficile de prévoir l’arrêt de sa projection dans certains cinémas de façon si soudaine. Une déprogrammation motivée non pas pour la trop grande violence du film, mais parce que certaines séances ont tout simplement tourné au véritable pugilat.

Annabelle, c’est l’histoire de cette poupée issue de l’univers Conjuring, et que nous vous avions présentée il y a quelque temps. En somme, un film d’horreur dans la pure tradition du genre, qui dans certains cas, attire des spectateurs peu habitués à l’intimité et au silence exigé d’une salle obscure. Le cas s’était déjà vérifié pour Paranormal Activity 4. Déjà à l’époque, le patron de sa production française avait évoqué en plus des altercations et autres bagarres « des comptoirs à confiserie pillés, des caissiers insultés, et de l’urine sur les fauteuils ». Un comportement absolument déplorable, qui s’est visiblement réitéré la semaine dernière lors de la sortie du film Annabelle. Des cinémas à Marseille, Paris ou même Strasbourg se sont ainsi vus contraints de déprogrammer les aventures de cette charmante poupée, qui avait coiffé au poteau le Gone Girl de David Fincher, et le dernier Xavier Dolan. Merci les gars.

Par gianni77 le

Plus de lecture