Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Les lettres de fumée inscrites dans le ciel ne laissent que très peut de place au doute, comme un double message subliminal qui concerne autant les protagonistes de la série de Damon Lindelof, que les spectateurs qui suivent The Leftovers depuis ses débuts : The End is near.

La fin approche, plus que jamais. Troisième et dernière saison de ce drame psychologique et très spirituel, l’ultime fournée de The Leftovers s’est de nouveau réinventée. Chaque chapitre exerce un changement massif dans la continuité. Il y a des constantes et des variables. Justin Theroux crève toujours autant de charisme dans les pompes du Shérif Garvey, qui porte depuis le début sur ses épaules le poids d’une génétique défaillante, et d’un monde qui le dépasse complètement. Carrie Coon répond également présente, tout comme son personnage de Nora Durst, une femme qui a littéralement tout perdu en un claquement de doigts, et qui tente vainement de reconstruire un futur, et remplir de quelques gouttes d’espoir l’océan de vide qu’elle affronte chaque matin. Impossible aussi de ne pas parler de la fragile et magnétique Margaret Qualley. Le changement de décor est radical, puisque c’est en Australie que la série trouvera son dénouement, et accessoirement, que le public dira adieu à l’une des productions télévisuelles les plus folles du moment. EDIT: Le nouveau trailer est là.

Par Fox Mulder le

Plus de lecture