Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Enfilez votre plus beau costume jaune canari, montez sur la table, tirez la langue et faites votre plus beau sourire carnassier : The Mask a 25 ans aujourd’hui et ça, c’est vraiment splendide.

Vingt-cinq ans. En sociologie, ce nombre bien particulier d’années définit « une génération ». ça tombe bien, The Mask a traversé une génération entière. Tout ça, c’est en grande partie grâce à la prestation colossale de Jim Carrey, qui devant la caméra de Chuck Russell a su livré une performance tordante, faisant appel à ses talents inégalables de pantin désarticulé au visage élastique. L’adaptation culte des comics Dark Horse avait pourtant de quoi surprendre. Pensé à l’origine comme une potentielle saga du genre horreur, l’idée d’en faire une comédie est venue à Chuck Russell lorsqu’il a voulu embarquer Jim Carrey dans le projet. Une décision qui à l’époque n’a pas tout de suite séduit New Line et pourtant, le 29 juillet 1994 sort en salle le film qui finira de faire exploser la popularité de l’acteur au mille visages, mais aussi celle de la toute jeune Cameron Diaz. Le public découvre la vie morose de Stanley Ipkiss, las de son travail de banquier à la morosité sans égal. Un homme que le destin va mettre face à un masque qui changera sa vie à jamais. Lorsqu’il revêt l’artefact, Stanley n’est plus le même et contrairement aux comics qui plongent le porteur du masque dans une folie meurtrière emplie de sadisme, le film joue la carte de l’absurde et transforme son hôte en véritable héro de cartoon. C’est en cela que Jim excelle et permet au film de devenir un classique instantané, lorsque avec ses prothèses dentaires proéminentes les répliques cultes s’enchainent avec irrévérence, que les clins d’œil à Tex Avery ou encore Roger Rabbit sont légions. Ce qui ne s’invente pas, c’est lorsque l’on sait que la boîte chargée des effets 3D très convaincants pour l’époque, a confié à Chuck Russel que les performances dans la gestuelle et l’interprétation de Jim Carrey avaient probablement fait économiser un million de dollars en effets spéciaux. Des anecdotes comme celle là, The Mask et la carrière de Jim Carrey en regorgent et nous les avons consignées dans le quatrième numéro de S!CK Magazine dédié à sa carrière. Peu importe les années, The Mask restera cette comédie marquante du milieu des années 90, un film déjanté qui vous marque décidément à jamais.

Comptez sur nous pour en toucher quelques mots en profondeur dans un futur numéro de notre magazine pop-culture, que vous pouvez toujours choper en vous abonnant exclusivement depuis notre site web, au bout de ce lien !

Par Tombe-Stone le

Plus de lecture