Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Depuis que Andres Muschietti a pris les commandes du film It, on se demande si le réalisateur de Mama osera aller au bout de l’adaptation du roman de Stephen King, en transmettant à l’écran l’incroyablement malsaine séquence lors de laquelle les pré-ados du Loosers Club se voient forcés de resserrer leurs liens en copulant les uns après les autres avec Bev.

Un passage dont Stephen King, véritable roi de la controverse, reconnaît bien volontiers la délicatesse. Néanmoins, pour l’auteur il s’agissait surtout de l’expression floue d’un souvenir de fin d’enfance, censée représenter le passage à l’âge adulte. La séquence d’orgie dans les égouts est décrite comme une sorte de lien, un pont entre l’innocence et l’ère de la conscience adulte. Une manifestation qui intervient juste après que le groupe ait réussi à vaincre la créature. Vu comme ça, It peut être vu comme une allégorie géante du passage à l’âge adulte. La scène est véritablement atroce, et elle a été allègrement ignorée dans l’adaptation télévisuelle des 90’s (qui était déjà suffisamment malsaine). Néanmoins, on s’est demandé sur le réalisateur de Mama allait oser franchir le pas. Sans aller jusqu’à filmer une tournante géante dans les égouts entre gamins pré-ados, il était peut-être possible de suggérer la chose de manière plus ou moins subtile. Or, la sexualité n’a pas été retenue par les institutions américaines qui ont bel et bien classé le film dans la catégorie R (interdit aux moins de 17 ans non accompagnés), en argumentant qu’il y aura du gore, de la violence et des grossièretés. Une bonne nouvelle qui (on l’espère) promet tout de même un long-métrage qui se rapproche du bouquin, bien que l’on sache maintenant qu’il n’ira jamais au bout de sa perversion.

Par Fox Mulder le

Plus de lecture