Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Le deuxième chapitre du terrible It sera R-Rated. Jusqu’ici pas de surprise. Il faut dire que le matériel original de Stephen King se prête parfaitement à une histoire perverse, aux effusions de gore et de terreur.

En revanche, si on se penche d’un peu plus près, on peut constater que la classification américaine du film en révèle un peu plus sur sa nature explicite. Le film de Andres Muschietti contiendra en effet « des images de nature sanglantes, violentes et perturbante. Un langage pernicieux, et du matériel sexuel cru ». C’est le troisième point qui nous le plus interpellé. Du matériel cru ? Cela voudrait-il dire que le scénariste du film va oser s’attaquer à l’une des scènes les plus controversées du roman de King ? Pour les connaisseurs de l’oeuvre originale qui a inspiré les films, le premier chapitre de It se terminait de manière abrupte. Coincé dans les égouts, les adolescents du Looser’s Club finissent par tous perdre leur virginité avec Bev, lors d’une scène de sexe de groupe consentit, qui leur permet de passer métaphoriquement à l’âge adulte, et de trouver en eux la force d’extirper du tunnel hanté par l’entité. C’est clairement l’un des passages les plus malsains (et les plus fondateurs) du récit de King. Et selon nous, c’est cette scène qui manque cruellement au premier film. Inutile de dire qu’elle aurait parfaitement sa place dans cette suite, où l’on retrouve le club 27 ans plus tard, alors qu’ils sont tous devenus adultes. Il se pourrait bien qu’un flash-back bien placé vienne expliquer le « lien » qui unit le groupe, offrant par la même occasion un climax qui serait au-delà du morbide. En dehors des théories, le film sera en tout cas bourré d’images-choc, comme le suggère le premier trailer On y voit une Jessica Chastain recouverte d’hémoglobine, visiblement traumatisée par son interprétation d’une « Carrie sous stéroïdes », comme elle le dit elle-même. Prévu en salles le 6 septembre, le film semble en tout cas déterminé à rendre justice à la brutalité de l’oeuvre originale. Et c’est bien là l’information principale, dont nous pouvons tous nous réjouir.

Par Fox Mulder le

Plus de lecture