Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Sur le papier, tous les ingrédients étaient réunis pour faire de The Irishman un très grand film de Martin Scrosese. Le réalisateur a renoué avec son genre fétiche (les films de gangsters), ses acteurs fétiches (Robert DeNiro, Joe Pesci, Harvey Keitel), sa ville fétiche (New York), et enfin un sujet de choix : le meurtre de Jimmy Hoffa.

Projet titanesque, ce film était aussi celui de tous les dangers. Son temps de pellicule (qui s’étire sur 208 minutes) aurait facilement pu poser problème, tout comme le processus de rajeunissement numérique de certains acteurs. Mais c’est un véritable chef-d’oeuvre que vient d’adouber la presse américaine, qui a pu voir le film en avant-première. Le New York Post n’y va d’ailleurs pas par 4 chemins : « Scorsese est au top de sa discipline », avant de parler de « triomphe ». A.O Scott du New York Times affirme que : « c’est le film de gangsters le moins sentimental de Scorsese, et pour cette raison, c’est aussi le plus poignant ». Indiewire évoque : « Le meilleur film de crime de Scorsese depuis Goodfellas », louant également « la symbiose parfaite entre un cinéaste et son sujet ». Le Time explique que c’est même plus émouvant que Les Affranchis…

De leur côté, ScreenCrush ose la comparaison de l’extrême en affirmant que l’on a affaire à : « l’équivalent de Inception en film de gangster », avec « des histoires, enfermées dans d’autres histoires, elles-mêmes dans d’autres histoires ». Pour le Hollywood Reporter : « Joe Pesci émerge de sa retraite pour délivrer une performance superbement mesurée… Il est l’opposé radical du Pesci survolté habituellement montré dans les films de Scorsese ». En ce qui concerne Al Pacino, Time Out évoque : « Plus qu’un Hoffa magnétique et crédible, Pacino propulse le film dans les sphères de pure démence ! ». Polygon parle d’un film « qui vous rampe toujours plus loin sous la peau après avoir quitté le cinéma (ou fermé votre navigateur Netflix) ». Enfin, The A.V Club évoque un long-métrage « épique », dirigé par un Scorsese qui « dirige toujours son film avec l’énergie et la faim d’un jeune réalisateur ». Voilà, avec ça, vous devriez être rassuré jusqu’à la sortie du film sur Netflix le 27 novembre prochain. Dans le doute, vous pouvez compter sur nous pour coucher une analyse-fleuve rutilante du film dans un prochain numéro de S!CK.

Par Fox Mulder le

Plus de lecture