Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Le 28 mai 1995, Mathieu Kassovitz, Hubert Kounde, Vincent Cassel et Saïd Taghmaoui étaient les invités du Journal de France 2. Le cinéaste accompagné des trois acteurs principaux venait pour présenter un nouveau long-métrage : La Haine.

On ne présente plus ce film majeur du cinéma français, devenu culte pour bon nombre de personnes. Une production de 1995, qui est hélas toujours tristement d’actualité. Le jeune Mathieu Kassovitz y faisait la peinture brillante et inoubliable d’une jeunesse incomprise, laissée pour compte, tiraillée entre la morale, les rêves de réussite, l’envie de s’échapper, et la dureté de la cité, le conflit perpétuel avec la police qui pousse une partie de la population jeune dans une relation de rupture totale avec les forces de l’ordre. Inutile de dire que le film avait largement fait polémique, accusé de faire une peinture erronée de l’uniforme. Néanmoins, le long-métrage avait le mérite de faire bouger les choses. De mettre un grand coup de pied dans la fourmilière. La courte interview qui leur est consacrée (que l’on vous invite cordialement à voir ici) montre des jeunes comédiens intimidés, mais fiers de leur boulot. Selon Saïd, les trois acteurs « ont été loin. On a poussé le truc à fond, sans jamais se complaire ». Âgé de seulement 27 ans, Kassovitz repartait de Cannes avec le prix de la mise en scène.

Une suite en préparation


Il faudra néanmoins attendre le César du meilleur film pour parler de vrai phénomène. Au-delà des distinctions académiques, la plus grosse récompense vient probablement du public, qui parle encore de ce film culte. Et pour cause, la justesse et la violence des situations tapaient juste, portées par une prestation de Vinz qui fut un vrai tremplin pour sa carrière d’acteur. On se souvient encore de sa tronche énervée, braquant son énorme revolver à tout bout de champ, imitant Robert De Niro dans Taxi Driver devant son miroir : « C’est à moi que tu parles ? ». Bien que le film fasse référence à l’affaire Makomé M’Bowolé, qui date de 1993 (un jeune de 17 ans abattu d’une balle dans la tête par la police en pleine garde à vue), l’actualité n’a eu de cesse de donner raison à cette œuvre, qui n’a jamais eu besoin de se renouveler. Jusqu’aux événements de Charlie Hebdo, qui ont poussé le réalisateur à mettre une suite en chantier. Quoi qu’il en soit, le film original reste une claque, toujours pertinente 20 ans plus tard.

La Haine - NEWS03

Par Fox Mulder le

Plus de lecture