Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Les docus réactionnaires qui dénoncent les dessous sordides du porno, ce n’est pas ce qu’il manque dans ce bas monde. Ce n’est pas pour autant que les pratiques ont foncièrement changé en 10 ans. Hot Girls Wanted s’attarde néanmoins sur une facette plus vicieuse de l’industrie : la pornographie amateur.

Ou l’art de démarcher un tas de jeunes filles sur Craiglist et devant les campus, leur faire subir les pires perversités et les virer au bout de six mois. C’est du moins ce que révèle plus ou moins ce documentaire à la fois sordide et passionnant, tourné par Jill Bauer et Ronna Gradus. Deux journalistes du Miami Herlad qui se sont spécialisé dans le domaine, pour avoir déjà donné vie à Sexy Baby en 2012, un autre docu qui traite de l’influence du porno chez les jeunes femmes. Ici, les deux réalisatrices ont décidé d’interroger les jeunes américaines de 18/19 ans, qui se lancent dans le porno contre quelques billets verts. Une pratique qui n’a rien d’illégale, et qui dérange encore et toujours à cause de son ambiguïté morale. Présenté à Sundance, le docu a suscité de vives réactions. Toujours la même histoire : il y a ceux qui hurlent au démon du X, une industrie immonde qui avale et qui recrache l’innocence de milliers de jeunes femmes.

Un documentaire controversé


Puis il y a ceux qui n’y voient aucun problème, arguant que personne n’a mis le couteau sous la gorge de ces femmes. Le rôle du documentaire est donc de trier le vrai du faux, et révéler une vision moins manichéenne du problème. Le but des deux journalistes est néanmoins clair, elles veulent « faire bouger les mentalités », et pourquoi pas modifier la loi du travail pour forcer les producteurs à traiter leurs actrices avec un peu plus d’égard. Contrairement à l’industrie plus traditionnelle du porno, où les actrices se lancent dans une vraie carrière avec un agent, le porno amateur n’hésite pas à amadouer des jeunes femmes, leur promettant gloire, liberté et fortune. Selon Ronna Gradus : « On se disait que ce n’était pas possible, parce que si c’était vrai il y aurait déjà eu des articles là-dessus. On ne pouvait littéralement pas y croire […] Tout le monde peut tourner ce genre de film. N’importe qui peut aller sur Craigslist pour recruter une fille. Il suffit de prouver qu’elle a 18 ans ». Si vous êtes curieux, sachez que Hot Girls Wanted est d’ores et déjà dispo sur Netflix France.

Par Fox Mulder le

Plus de lecture