Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Jake LaMotta reste clairement l’un des rôles les plus marquants de la carrière de Robert De Niro. Un boxeur obsédé, ultra jaloux et autodestructeur capturé par Martin Scorsese dans le mythique Raging Bull sorti en 1980. Une partition qui aura d’ailleurs valu à l’acteur un Oscar, en lui ouvrant définitivement la porte des grands du septième art.

Plusieurs décennies plus tard, l’acteur renoue avec le monde de la boxe dans la peau de l’entraîneur. Grand classique. Hands of Stone est un biopic du boxeur panaméen Roberto Duran. De Niro y incarne le personnage de Ray Arcel, un entraîneur sur la touche qui va ressortir de l’ombre dans le seul but de hisser Duran jusqu’au sommet. Une consécration incarnée par Sugar Ray Leonard, véritable légende du ring, et homme à abattre. Une défaite, un adversaire invaincu, un come-back, sur le papier c’est la recette Rocky dans toute sa splendeur. Présenté à Cannes, le film est déjà sorti aux USA, où les critiques américains louent un film tout à fait potable, à défaut d’être un chef-d’oeuvre de la trempe de Raging Bull. Ce sera néanmoins l’occasion d’admirer un Edgar Ramírez (Zero Dark Thirty) en très grande forme, ainsi que l’actrice Ana De Armas (une des femmes fatales de Knock Knock), Reg E. Cathey (Freddy de House of Cards qui ose une coupe de cheveux assez surréaliste) et petite surprise, le chanteur Usher. Hands of Stone n’a pas de sortie française, mais vous pouvez toujours jeter un oeil à son trailer :

Hands of Stone T1 02

Source image entête.

Par Fox Mulder le

Plus de lecture