Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Pour George Miller, l’idée de basculer Mad Max Fury Road en noir et blanc dépasse largement le stade du simple filtre esthétique. En ôtant les couleurs, le réalisateur se rapproche de sa vision originale du film.

L’idée n’est pas nouvelle, puisqu’elle remonte au début des années 80. En voyant les rushs de Mad Max 2 en noir et blanc, Miller déclare qu’il s’agit de « la meilleure version du film ». Néanmoins, le long-métrage avec Mel Gibson sortira bien en couleur. Pour les studios, il était inconcevable de sortir un film monochrome. Mais l’idée n’a jamais quitté Miller. Sa démarche avec Fury Road est primitive, presque animale : le cinéaste ne s’en cache pas, il souhaite retranscrire toute l’intensité d’une course poursuite aux proportions bibliques, avec un minimum de dialogues. Le résultat est celui que l’on connaît : un long-métrage viscéral, extrêmement visuel, qui a pratiquement été conçu comme un comics. Il n’y avait d’ailleurs pas de vrais scripts pour le film, juste des story-boards. Pour faire simple, la version Black & Chrome incarne le Mad Max tel que George Miller l’avait en tête à l’origine. Dans la vidéo qui suit, le cinéaste décrit tout le processus créatif derrière. Selon lui c’est simple, il s’agit de la meilleure version de Fury Road.

Par Fox Mulder le

Plus de lecture