Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

George Romero n’allait pas laisser Hollywood s’arracher tous les bouts de chairs sur la carcasse juteuse de ce bon vieux mort-vivant. Lorsque le maître absolu en la matière annonce qu’il se penche sur une série de zombies, il est difficile de ne pas très activement se réjouir.

Comprenez par là que The Walking Dead va avoir de la concurrence. On évitera de vous faire l’affront de se lancer dans l’apologie de la filmographie de Romero, de son influence démentielle sur le genre, ou encore de citer La Nuit des Mort-Vivants, ce film de 1968 qui a posé les bases de toutes les productions actuelles qui ressemblent de près ou de loin à un truc de zombies. On évitera aussi de vous parler du décevant Survival of The Dead sorti en 2009. Un film étonnamment peu inspiré dans lequel le cinéaste suivait les tensions entre deux familles voisines. L’une d’elles gardait ses proches infectés enfermés, en attendant un remède… Les hauts et les bas d’une carrière bien remplie, qui ont fait entrer le nom de Romero dans l’histoire du septième art. Le cinéaste s’était également lancé dans l’écriture de plusieurs comics. D’abord chez DC avec The Death of Death, avant de passer chez Marvel avec son Empire of the Dead.

Des thématiques éloignées de Walking Dead


C’est justement de ce dernier dont il est question aujourd’hui, puisque comme pour le cas de The Walking Dead, Empire of the Dead s’apprête à troquer les cases d’un comics pour les joies du petit écran. Certainement inspiré par le succès d’un certain Robert Kirkman, Romero veut aussi sa part de ce gâteau plus que juteux. Le choix d’adapter Empire of The Dead est d’ailleurs plutôt judicieux, tant le ton du comics s’éloigne assez radicalement de Walking Dead. Moins sérieux et plus second degrés, Empire of the Dead a surtout le mérite d’ajouter une nouvelle créature à l’équation : les vampires. Il sera donc difficile de souffrir de la comparaison. Dans le comics original, l’humanité se serre les coudes et vit en autarcie sur l’île de Manhattan. Dehors, l’apocalypse de zombie en est à son dernier souffle, mais les Vampires s’activent pour exterminer la race humaine. Écrite par Romero lui-même et actuellement à la recherche d’une chaîne, la série ne devrait pas tarder à trouver preneuse.

Par Fox Mulder le

Plus de lecture