Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Dans le paysage des productions super-héroïques, X-Men reste une licence qui ose. Avec plus ou moins de succès, certes, mais cette saga tentaculaire à la chronologie fracturée a su par moment s’extirper des carcans évidents du film choral de superhéros. On pense au genre post-apocalyptique exploré dans Logan, ou bien aux New Mutants qui devraient verser dans l’horreur pure.

Sans oublier les méandres tortueux de la psychée humaine dans Legion, l’excellente série sur la progéniture cachée de Charles Xavier, qui affiche un style ravageur, une soundtrack démente et un mindfuck de premier choix. Sans aller si loin dans les tréfonds de l’âme, le film Dark Phoenix semble être parti pour être le plus psychologique de la saga. Et pour cause, il sera (comme son nom l’indique) majoritairement arqué sur le cheminement interne d’un seul personnage, et pas des moindres : Jean Grey. Frappée par une éruption solaire en pleine mission pour les X-Men, l’héroïne campée par Sophie Turner va voir se réveiller en elle une force colossale et quasi-incontrôlable, aka le Phoenix. Les amateurs reconnaîtront sans mal les contours d’un arc narratif largement éculé dans les comics, et accessoirement le troisième film X-Men (sous-titré The Last Stand). Un joli naufrage, que les événements de Days of the Future Past avaient tout de même eu le bon goût de purement et simplement effacer, alors que Wolverine était parti faire une petite virée dans le passé. « The Mind is a fragile thing » : les mots de la dernière bande-annonce en date annoncent la couleur : l’introspection, et la lutte interne de Grey sera au centre du métrage, tiraillée entre l’influence d’un Xavier de plus en plus impuissant, et un Magneto au charisme intact (merci Fassbender) qui semble tout faire pour libérer le Kraken. De plus, les extraits montrés dans le dernier trailer ne débordent pas d’action tonitruante. Du moins pas autant que n’importe-quel autre blockbuster superhéroique habituel, ce qui pourrait confirmer cette vision plus introspective dans l’écriture. Logan s’était prêté à l’exercice, tout comme Legion. Et ça reste à ce jour deux des meilleures productions à avoir émergé de la galaxie X-Men.

On revient d’ailleurs très longuement sur la renversante deuxième saison de Legion, dans le dernier numéro de S!CK. Vous pouvez choper le sommaire juste là, avant de recevoir tout ça chez vous, envoyé avec amour par nos soins.

Par Fox Mulder le

Plus de lecture