Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Le 25 juin dernier, Blade Runner a fêté ses 35 ans. Une date charnière qui nous rappelle l’énorme impact du classique de Ridley Scott sur le paysage de la science-fiction au cinéma, mais aussi sur les mondes de la musique, ou encore du jeu vidéo.

Film référence du cyberpunk adapté du grand Philip K Dick, Blade Runner n’a pourtant pas fait l’unanimité à sa sortie. Les plumes acérées de la presse française comme internationale n’avaient pas été des plus tendres avec celui que l’on considère aujourd’hui comme un intemporel. Il faut dire qu’à l’instar de Kubrick avec Shining, Ridley Scott assume totalement sa démarcation de l’oeuvre originale. Le réalisateur n’avait lui-même jamais lu le roman original au moment du tournage, ce qui pour beaucoup reste un affront légendaire. Néanmoins, la réputation du film s’est largement améliorée au fil des années. Tout d’abord grâce à une version Director’s Cut qui laisse beaucoup plus de doutes quant à la vraie nature de Deckard, le héros du film incarné par Harrison Ford. Le bouquin Do Androids Dream of Electric Sheep est avant tout un questionnement sur l’humanité, chose qui ne se ressentait pas dans la version du film projetée sur les écrans en 1982. Cependant, on pouvait déjà saluer l’énorme prestation visuelle des équipes de Ridley Scott, qui ont réussi à donner au film une atmosphère directement inspirée du légendaire dessinateur français Moebius, dont les travaux sur Metal Hurlant restent l’une des inspirations premières. Blade Runner n’a pas inventé les codes du cyberpunk, mais il a largement participé à la démocratisation d’un courant devenu incontournable dans le paysage SF. L’aura visuelle du film est sans pareille, constamment mise en avant par une bande-son électrique devenue culte signée Vangelis, qui n’est autre que le compositeur Oscarisé du film Les Chariots de feu. Le mélange de synthés et de mélodies sombres et atmosphériques ont fait de Blade Runner une des pierres fondatrices de tout un genre musical que certains appellent Synthwave, et que les fans d’Hotline Miami connaissent très bien. Des années après, la suite est en marche pour le 4 octobre prochain. Et si le long-métrage de Denis Villeneuve possède ne serait-ce que le dixième de l’influence de son aîné sur les années à venir, ce sera déjà une énorme réussite.

Par Fox Mulder le

Plus de lecture